Partagez | .
 

 Let me calm your mind [PV Abi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël Keynes
Gemini ₪ A man between Madness and Wisdom
avatar
Messages : 67
Expérience : 67
Age : 24 ans
Armure : Gémeaux
Rang : Or
Localisation : Sanctuaire

Informations
Vie:
900/900  (900/900)
Cosmos:
900/900  (900/900)
Informations:

MessageSujet: Let me calm your mind [PV Abi]   Lun 3 Mar - 0:29






Let me calm your mind
Abigaëlle/ Raphaël

C'était le calme qui paraissait s'établir au sein du Sanctuaire. Si la guerre faisait mine de se maintenir en équilibre au bout d'une corde et menaçait de se déclarer à chaque instant, il semblait ne rien paraître sur la terre sainte de la Déesse Athéna. Et c'était curieux. Mais pas déplaisant. Raphaël aimait le calme, et faibles étaient les mots quand l'on savait le tumulte qui régnait au cœur de son esprit. Si le chevalier d'or des Gémeaux aimait tant la solitude, le silence et la quiétude, c'était parce qu'en son fort intérieur, il était bien incapable de les trouver lui même. Il n'avait de cesse de subir les assauts de sa folie et de son autre lui, subissant avec patience ces voix qui murmuraient à lui tantôt des choses sans intérêts, et parfois des chuchotements à faire frémir le plus froid des guerriers. Ce calme qu'il pouvait trouver en dehors de lui même, il le chérissait, et malgré le statut qu'il avait, il craignait l'arrivée trop imminente de la guerre qui mettrait fin à ce seul plaisir qu'il trouvait encore. Non pas que Raphaël n'en n'eut d'autres, mais il avait parfois l'impression – et à juste titre – de n'être qu'une machine pour se battre et lutter contre lui même. Car si le danger venait de l'extérieur, forcément avec Hadès et Poséidon il y avait de quoi se méfier, il pouvait aussi venir de l'intérieur. Pire que tout, si il se lâchait vraiment, il pouvait se retourner contre ses propres frères d'armes le temps d'une seconde... Le jeune homme en avait froid dans le dos à la seule idée qu'un jour il puisse se faire dominer par l'autre. Raphaël avait peur de lui même, c'était évident, mais plus encore, il avait peur de ce que l'autre – qui était lui aussi fatalement – pouvait faire si un jour il le laissait... il en avait déjà eut un aperçu une fois, il y a certes bien longtemps, mais il ne voulait pas revivre cette faiblesse. Il était un gardien de la paix et de l'espoir de l'humanité. Un chevalier d'Athéna. Cette seule pensée devait lui suffire pour lutter et repousser ces voix envahissantes, qu'importe leur profondeur et leur portée. Il ne pouvait de toute façon pas s'en débarrasser.

Il n'empêchait que c'était le calme plat. Pas de mission en vue, la majorité des chevaliers d'or étaient absent, quant-aux autres guerriers, ils trainaient au Sanctuaire, soit pour s'entrainer ou achever leur entrainement. Toutes les armures n'avaient pas encore trouvée porteur après tout. Et puis... il y avait l'inlassable recherche d'Athéna, encore et toujours disparue alors que sa présence était cruellement sollicité. Mais hélas, personne ne pouvait vraiment savoir si elle s'était ou non encore réincarnée et si le réveil était proche. Si le Grand Pope n'était pas en mesure de le dire ou le prévoir, alors les autres... Dire que la Déesse pouvait être n'importe où, aussi bien sur un autre continent que dans le village voisin. Une longue recherche, mais nullement dénuée d'intérêt puisque cela représentait l'espoir contre le joug d'Hadès. De quoi s'occuper donc, dans ce calme plat qui ne laissait présager que des évènements bien plus sombres à venir.

Raphaël était resté tranquillement au Sanctuaire lui même, tentant veine de calmer les migraines qui l'assaillaient sous le poids des murmures continuellement dans sa tête. Il était curieusement tiraillé entre deux envies, celle de ne pas trop s'éloigner du territoire sacré, et l'autre de justement en sortir pour se changer un peu les idées. Oh ce n'était pas franchement signe d'aller très loin, mais qu'importe, cela ne lui ressemblait pas, et le caractère instable du Gémeaux avait tendance à lui dicter à longueur de temps des plaisirs, des envies et des décisions qui pouvaient paraître complètement abracadabrantes venant de lui. Mais c'était ainsi, que pouvait-il y faire quand le tiraillement devenait trop fort et que la conviction vacillait ? Après tout, il n'y avait rien de mal à changer un peu les habitudes. Cela ne changerait surement rien aux migraines.

Il n'avait pas besoin de marcher très loin. Le village de Rodorio était à peine à quelques kilomètres du Sanctuaire, et se trouvait être un lieu idéal – quoiqu'un peu archaïque – pour se vider l'esprit. Raphaël avait bien d'autres manières de s'y prendre, mais il ne pouvait pas en abuser à chaque fois au risque d'en devenir un accro. Si les drogues qu'il avait trouvé en Amérique du Sud étaient particulièrement efficaces pour effacer l'espace de quelques heures son double maléfique, cela n'était pas sans risques ni effets secondaire. Et Raphaël était trop raisonnable pour faire des bêtises aussi stupides que celles-ci. Il trouvait donc autre chose. En chemin pour le village, il passa prêt du chantier des archéologues actuellement en recherche sur l'île du Sanctuaire. Il n'était pas certain, mais cela faisait déjà un bon moment que ce groupe de chercheurs étaient installés. Pas que le Gémeaux ne s'intéresse pas à l'archéologie mais... il avait d'autres préoccupations sans nuls doutes. Mais la curiosité – qui était le principal défaut de son Némésis intérieur – le poussa à aller jeter un œil à l'avancement des fouilles. Il y avait un chemin un peu escarpé, quoique parfaitement praticable. Agile, moins que certains de ses collègues dont le symbole était plus proche de l'animalité, Raphaël se fraya un chemin sur la pente jusqu'à apercevoir le camp des recherches. Une bonne trentaine de personne s'affairaient sur le terrain, sous l'œil silencieux du Gémeaux, d'abord observateur.

Et puis, il commença à se perdre dans ses pensées, oubliant le temps d'un instant l'autre, comme s'il avait décidé de se taire pour une éternité. C'était agréable, inattendu, mais reposant...

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 92
Expérience : 151
Multicompte : Agnès de Montfort
Age : 16 ans
Armure : Armure divine
Rang : Déesse
Localisation : Près de Rodorio

Informations
Vie:
1300/1300  (1300/1300)
Cosmos:
1300/1300  (1300/1300)
Informations:

MessageSujet: Re: Let me calm your mind [PV Abi]   Sam 8 Mar - 14:49


Let me calm your mind
Raphaël Keynes / Abigaëlle O'Brian



Les jours passaient à une vitesse effrayante pour l'Irlandaise. En se levant ce matin, elle avait jeté un coup d’œil au calendrier et dans moins d'une semaine elle devrait retourner à Athènes. Le temps avait passé bien trop vite. Dépitée, elle s'était recouchée en remontant son sac de couchage par dessus sa tête comme si le fait de ne pas voir le monde pouvait arrêter le temps. Mais, hélas, il n'en était rien. Mais Aby avait du mal à se raisonner. Elle se sentait bien sur le chantier de fouilles. Elle aimait aussi aller au petit village de Rodorio et rencontrer les gens là-bas. Au départ, les habitants étaient soit curieux, soit hostiles. Mais fur et à mesure, ils avaient fini par accepter ce petit groupe d'étrangers venus sur leurs terres et qui farfouillaient la terre à longueur de temps. Certains ne comprenaient pas. La jeune fille en avait passé des heures à expliquer ce qu'ils faisaient, dire ce qu'étaient leur but et quel était l'intérêt du chantier et des fouilles en général. Cela ne l'avait dérangé. Elle avait une infinie patience qui en étonnait plus d'un alors qu'elle était si jeune. Mais l'importance du passé avait été inculquée très jeune à la demoiselle et elle essayait de transmettre ce qu'on lui avait appris et ce qu'elle considérait comme fondamental. Ce n'était pas juste un travail, c'était presque une mission pour apporter des pièces à l'Histoire de l'Humanité. Un élément d'une importance majeure. Au fil du temps, les pièces les plus anciennes commençaient à apparaître. Aby avait encore envie d'assister aux fouilles surtout que ça devenait intéressant. Elle s'était liée aux gens et n'avait pas envie de les quitter. Et puis elle avait rencontré Jayden. Il n'était pas revenu la voir, trop occupé par son travail de négociant sûrement, mais elle n'oubliait sa promesse de bretter avec elle. Or une promesse, c'était une promesse. C'était quelque chose de très important à ses yeux. La confiance était un élément fondamental entre les gens. Autant Aby était amicale et pouvait se lier facilement, autant elle ne supportait pas les gens incapables de tenir leurs promesses. Elle considérait cela comme une trahison et pardonnait rarement. C'était un côté intransigeant qu'elle possédait mais que fort heureusement peu de gens avaient l'occasion d'expérimenter.

« Eh la belle au bois dormant, j'ai besoin de mon identificatrice préférée sur le terrain. »

La voix de son père raisonna sous la tente. Il reçu quelques borborygmes en guise de réponse. Il s'approcha du lit de camp de sa fille et dut voir le calendrier sur la table de nuit improvisée et composée de multiples ouvrages sur la Grèce ancienne. Sean soupira.

« J'ai promis à ta mère que je te ramènerai la semaine prochaine. Tu sais ce que c'est les promesses ? Et toi aussi, tu as promit je te signale jeune fille ! »

De nouveaux borborygmes émergèrent avant que le haut du sac de couchage se rabattit, dévoilant un visage mécontent aux cheveux passablement en bataille. Aby finit par se redresser.

« Hummm... je sais... je sais... c'est pas pour ça que ça doit me plaire. Et puis je me sens bien ici. »

« J'ai jamais dit que ça devait te plaire mais les cours vont bientôt reprendre. Je sais que tu aimes être sur les chantiers de fouilles. Tu me ressembles sur ce point. Mais tu verras, tu te feras pleins d'amis au lycée. Tu t'y sentiras bien aussi. Je vais pas te faire le speech du « et tu apprendras pleins de choses... » et bla et bla et bla... »

Sean renchérit avec les mains faisant une figure comique qui arracha un sourire à sa fille, but recherché par son père.

« Oui pas la peine de me le faire. Je connais la chanson mais tu sais, je suis vraiment bien ici et c'est pas les fouilles, c'est le lieu, les gens, un tout. J'avais jamais été aussi bien sur un chantier avant. Mais oui, je rentrerai comme promis. »

Son père ne chercha pas à discuter davantage et l'embrassa sur le front avant de sortir et de la convier au petit déjeuner. Comme toujours, la journée s'annonçait longue. Aby s'extirpa de son lit de camp, se coiffa de ses sempiternelles couettes et s'habilla, short et débardeur comme d'habitude, avant de sortir pour caler son estomac qui commençait à crier famine. Le repas prit avec le groupe, Aby débarrassa les reliefs du petit déjeuner avant de commencer à recenser les différents objets trouvés, sa tâche principale. Après quelques heures, elle partie en direction du lieu de fouilles pour récupérer de nouveaux objets que son père et ses compagnons avaient trouvé de nombreux trésors.

Alors qu'elle avançait sur le chemin, elle nota la présence d'un inconnu. Un homme qu'elle n'avait jamais vu avant. Peut-être un contrôleur du musée d'Athènes. En tout cas, il semblait observer le lieu des fouilles. Elle se rapprocha et se tint un instant en retrait. Elle hésitait à s'imposer mais curieuse comme elle était, difficile de passer aux côtés de cet homme sans rien dire ne serais-ce que par politesse. Elle se rapprocha et vit que l'homme semblait perdu dans ses pensées. De nouveau, elle hésita avant de se lancer.


« Ça va monsieur ? Vous vous sentez bien ? Je peux vous aider ? »

Elle observait le visage de l'homme qu'elle devait avouer fort beau. Elle n'avait pas l'habitude de trop regarder les hommes mais là elle trouvait que cet homme avait vraiment quelque chose de... plus. Bref, Aby sentit ses joues se teinter de rouge. Elle ne pouvait qu'espérer que l’inconnu n'allait pas le remarquer.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël Keynes
Gemini ₪ A man between Madness and Wisdom
avatar
Messages : 67
Expérience : 67
Age : 24 ans
Armure : Gémeaux
Rang : Or
Localisation : Sanctuaire

Informations
Vie:
900/900  (900/900)
Cosmos:
900/900  (900/900)
Informations:

MessageSujet: Re: Let me calm your mind [PV Abi]   Dim 16 Mar - 0:05






Let me calm your mind
Abigaëlle/ Raphaël

Il n'avait pas senti présence. Inattention ou... autre chose ? Qu'importe, ça ne changeait rien au fait que Raphaël n'avait pas senti arriver cette jeune fille. Il s'était laissé perdre dans ses pensées, appréciant que pour une fois, l'autre ne venait pas le déranger. C'était finalement très dérangeant de le percevoir, comme si une présence inconnue ne cessait de lui tourner autour sans arrêt. Mais le pire dans tout cela, c'était que le chevalier n'avait aucune influence sur cet autre lui, que sa volonté était autonome, solitaire et parfaitement intelligente. Il avait son caractère propre comme cette autre personnalité avait la sienne. Le fait est que les deux ne se ressemblaient pas du tout. À l'instar du jour et la nuit, ils s'opposaient, et Raphaël n'était pas certain de pouvoir dire qu'ils se complétaient en vérité... Le passé était ce qu'il était, révolu à jamais, mais le jeune homme ne pouvait y repenser sans crainte de son double. La violence était le lot des chevaliers d'Athéna, mais s'ils se battaient pour la Justice et l'Espoir, ce n'était clairement pas le cas dans la totalité du cœur de Raphaël. Une part de lui même qui ne l'écoutait pas... une part qui avait décidé de jouer quand bon lui semblait. Alors il était un rempart contre lui même, il n'avait pas le choix. La bombe à retardement qui, il l'espérait, n'aurait jamais à exploser. Il préférait encore mourir que trahir. Ce qui n'était pas l'avis de tous au Sanctuaire, persuadé que le porteur de l'armure des Gémeaux finirait pas se retourner contre son camp. Et bien que Raphaël prenait amèrement les critiques, il se savait ne pas être en mesure de les contredire, puisque lui même n'était pas certain du futur qu'il poursuivrait...

Il n'avait pas l'habitude d'entendre le silence complet dans son esprit. En l'instant, c'était comme si tout ceci n'avait jamais été, comme si il n'avait jamais eu à subir le poids d'un autre, comme si... la paix régnait en lui. Il releva les yeux, surprit de ne pas avoir entendu plus tôt la demoiselle qui venait de lui adresser la parole. Il se redressa un peu et lança un sourire un peu gêné. Que faisait-elle là ? Ce n'était pas un endroit très stable, et les chantiers de ce genre pouvaient être dangereux, surtout pour les jeunes.

« Oui tout va bien merci. Un simple mal de crâne. »

Qui n'était plus... curieux. D'habitude, ceux-ci ne passaient que rarement, et la douleur tendait en général à faiblir que disparaître complètement. Mais là il n'y avait plus rien, c'était agréable, et Raphaël avait la sensation d'avoir l'esprit clair. Un instant de répit. Il jeta un œil à la jeune fille devant lui. Elle n'était pas grande, blonde, et avait un regard fascinant, et semblait elle aussi fascinée. Par quoi, Raphaël ne le savait. Il remarqua quelques rougeur sur ses joues, sans savoir ce que cela signifiait en particulier. Il mit cela sur le compte de la timidité. Cela dit, on ne pouvait pas dire que le chevalier était le plus à l'aise des hommes. Hé oui, combattre les forces du mal ne voulait pas dire parfaitement au taquet lorsqu'il s'agissait de parler avec des inconnues.

« Que fais là ? Tu... travailles ici ? »

Un peu maladroit. À vrai dire, Raphaël ne savait lui même pas s'il devait être ici. Oh il aurait pu se permettre pas mal de chose, ne serait-ce que prétendre surveiller l'avancement des fouilles et officieusement surveiller que rien de trop « spécial » ne soit découvert dans le coin. Le mensonge n'était de toute évidence pas ce qu'utilisait le jeune homme habituellement. Hormis pour certaines choses... mais il fallait bien qu'il évite de montrer cette part trop sombre de lui même, il n'inspirait déjà pas assez la confiance comme ça parmi les siens pour en rajouter une couche.

« J'espère que je ne dérange pas trop. Je ne sais pas si les visiteurs sont autorisés à voir l'avancement des travaux. J'habite dans le coin et j'étais curieux. Oh je m'appelle Raphaël. »

Il ponctua cette dernière phrase en tendant la main à la demoiselle, léger sourire au coin des lèvres. Il n'avait pas remarqué que son accent anglophone avait refait apparition alors qu'il tendait à parler le grec. C'était bien difficile de ne pas mélanger tout quand on avait habitude de voyager...

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Let me calm your mind [PV Abi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let me calm your mind [PV Abi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» KEEP CALM AND KILL ZOMBIES ✗ le 21/02 vers trois heures du matin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Next Generation :: Rodorio-