Partagez | .
 

 You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Jeu 13 Fév - 22:03


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

Il faisait froid ici, bien plus froid qu'au Tribunal, bien plus froid que là-haut. Les Enfers n'étaient pas forcément chauds, pas comme ils le disaient tous sans savoir. Le Cocyte était froid, mais c'était normal, c'était la punition de ceux qui avaient osé s'opposer aux dieux, s'opposer à Hadès. C'était là que les juges vivaient, même si eux ne s'étaient jamais opposés à Hadès, plus près de la maison du dieu et de Pandore. C'était là que vivait Iason, dans le palais de la Wyverne, Caïna, comme dans ce qu'il lui avait raconté, le neuvième cercle dans le livre italien. Et elle vivait là aussi, de toute façon il y avait de la place, les autres spectres n'étaient pas là, pas arrivés, pas encore là. Elle aimait bien le palais, c'était presque silencieux, et calme. Mais il était trop tôt, elle n'arrivait toujours pas à dormir assez, mais ça faisait longtemps déjà, et le silence plus fort que là-haut la calmait un peu, juste assez pour que son esprit soit plus clair, pour qu'elle voit, qu'elle comprenne comme d'habitude. Mais ce n'était pas assez, et elle savait que ça recommencerait bientôt si elle n'arrivait pas à se concentrer sur quelque chose.

Froid le sol sous ses pieds quand elle s'était levée, froid l'air sur ses jambes, mais il faisait froid ici, le Cocyte était froid. Elle avait tiré un peu sur les grandes manches du tee-shirt trop grand pour elle, pour couvrir la peau de ses bras, ses doigts dans ses cheveux pour les pousser de son visage, puis sur le bloc de papier et les crayons. Elle aimait bien le son qu'ils faisaient en bougeant les uns contre les autres, mais le silence était toujours mieux. Il n'y avait pas de bruits dans le palais, même pas celui de ses pas dans les couloirs. Elle avait remplit un verre d'eau pour Iason, elle le faisait toujours avant d'aller dans sa chambre pour dessiner. Il buvait toujours de l'eau le matin quand il se réveillait, ça devait être important, mais elle ne comprenait pas pourquoi, jamais, elle ne voyait rien. La porte était un peu lourde, mais elle ne grinçait pas, et il n'y avait pas de bruits pour déranger le silence. Elle était entrée et avait refermé, il dormait encore, il faisait moins froid ici, et elle aimait bien s'asseoir sur son lit.

Poser le verre sur la table de chevet du côté où il dormait, puis contourner en silence le lit et s'asseoir sur le matelas où il y avait de la place, souvent au pied. Elle aimait bien le matelas, il était confortable, elle pouvait s'asseoir en tailleur confortablement pour dessiner, et puis il faisait chaud ici. C'était silencieux aussi. La première fois qu'elle était venue quand il dormait, il s'était levé d'un coup en la voyant, en enroulant son drap tout autour de lui pour cacher quelque chose. C'était sur lui ? Qu'est-ce qui était si important pour lui pour qu'il le garde même en dormant ? Parce que si c'était pas important, ça servait à rien de le cacher, et il n'aurait pas fait ça. Elle avait voulu savoir, elle devait comprendre, elle avait essayé de prendre le drap, pourquoi ne comprenait-il pas qu'elle devait savoir, parce que c'était important... Il avait dit qu'elle ne devait pas faire ça, que ce n'était pas ce qu'elle devait faire, et qu'elle ne devait plus le réveiller comme ça, le laisser se réveiller tout seul. Alors maintenant elle faisait comme ça, ça l'aidait un peu à se concentrer après s'être réveillée, quand son propre esprit se rappelait ce qu'il voyait tout le temps. Sur les schémas c'était symbolisé par un nœud simple, elle l'avait vu chez d'autres, l'habitude, cette chose qu'on répète inlassablement parce que c'est la manière la plus efficace qui a été trouvée.

Le silence n'était plus le même, il avait un tout petit peu changé, c'était presque rien mais c'était important. L'homme dans le lit ne dormait plus, il était réveillé, sa respiration avait changé. Ce n'était pas la même, elle l'avait comprit, elle avait entendu la différence, et même s'il faisait semblant, elle savait. Tu vas t'asseoir sur ton trône aujourd'hui Juge ? Elle n'avait pas parlé fort, elle ne voulait pas perturber le silence et le faire fuir, son regard rivé sur la feuille qu'elle couvrait de traits. Tu dois le faire Iason, c'est ton rôle, c'est toi qui me l'a dit. Quand elle dessinait, elle arrivait à se concentrer au moins un peu, juste assez pour le moment, mais il était encore tôt. Elle fouillait dans les crayons étalés à côté d'elle, changeant de couleurs quand elle en avait besoin. C'était compliqué de dessiner, d'arriver à représenter ce qu'elle voyait, les crayons étaient trop gros, pas assez précis. Mais c'était toujours mieux que ces horribles feutres qui sentaient mauvais et qui coulaient, elle ne pouvait pas représenter les croisements des liens, les couleurs se mélangeaient, mais ça n'arrivait jamais, elle ne l'avait jamais vu. Des traits, tous différents, tous mélangés, mais ce n'était pas pareil, ce n'était pas comme elle voyait, il manquait des choses, mais elle avait beaucoup de feuilles...mais ce n'était pas assez, il manquait toujours une partie, c'était pourtant si simple. C'est le rôle de la Wyverne, servir Hadès et juger les âmes. Elle appuyait un peu plus sur la mine, essayant de s'appliquer à dessiner ce qu'elle voyait, mais ça ne ressemblait pas à ce qu'il y avait dans son esprit. Si la Wyverne ne faisait pas ce qu'elle devait faire, alors elle ne devait pas être la Wyverne. Il manquait des couleurs, il n'y en avait pas assez, jamais, mais elle ne pouvait pas mélanger les couleurs pour en avoir d'autres, ça ne marchait pas. Mais il avait le surplis, donc il était la Wyverne. Elle ne comprenait pas, elle ne voyait pas, il manquait quelque chose, mais elle ne savait pas quoi, sinon ça ne manquerait pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Ven 14 Fév - 0:51

I'm in search of my lionheart


Il ne pu s'empêcher de rire aux propos de la jeune fille. Iason trouvait en effet étrange que Layla s'intéresse à des concepts tels que les anges. La tête droite, le visage enfin aux couleurs de la vie, son rire était bas et grave ainsi que l'est celui des rois. Plus digne ainsi vêtu du surplis, moins marqué par les tourments et la haine, l'homme semblait ainsi embrasser ce qu'il devait être. Iason n'avait pas toujours appartenu aux Enfers et sa trop grand humanité se faisait ressentir souvent comme marque de faiblesse, mais il apprenait. Les hommes, ses égaux qui pourtant avaient toujours pensé valoir plus que lui, après tout, il ne les avait jamais aimé. Qu'importe, il était Dragon à présent, il était Wyverne comme Layla le lui rappelait souvent, et cette jeune fille, cette enfant, ne pouvait avoir plus raison.

 « Et à quoi me servent-elles, ces ailes, enfant ? »

Il tenait dans sa main ganté le poignet de la jeune fille, le métal ne pouvait sentir la peau pourtant Iason savait par intuition chacune des veines cachées par l'épiderme de Layla. Il en devinait la fragilité, sans pour autant ressentir une quelconque envie de meurtre car la mort viendrait bien assez tôt. Ils étaient les enfants des Enfers, soldats d'Hadès, juge des âmes et bourreaux des hommes et de leurs rêves de gloire.
Lentement, l'homme fit se lever la main de la jeune fille jusqu'à ce que ses doigts puissent effleurer les ailes du surplis.
Layla n'aimait pas qu'on la touche, pourtant Iason le faisait quand même. Il fallait qu'elle apprenne, ce n'était pas ici la place pour un animal sauvage, encore moins une gamine capricieuse préférant vivre dans son propre monde. Il lui imposait cela, des contacts et ne s'émouvait jamais de ses cris et indignations... Pour qu'une leçon soit apprise, il ne suffisait pas des pouvoirs d'un dieu ou d'un quelconque surplis maléfique vous offrant tout sans le moindre effort. Non, il fallait de la rigueur, de l'entraînement, quelque chose que l'archéologue avait très tôt eut à comprendre du fait de sa promiscuité avec son cousin chevalier. D'une façon, c'était ce qu'il faisait subir au Balrog : un entraînement. Pour que peu à peu, son monde à elle puisse se fondre dans le leur....

Alors il la forçait à toucher le surplis, les ailes, et en même temps c'était son poing à elle dans sa main à lui. Il ne le brisait pas, n'en avait pas besoin, le rapport de force était là. Tout comme Layla ne l'attaquait jamais non plus lorsqu'il redevenait cet humain faible et cardiaque une fois enlevée l'armure maléfique. Si jamais un jour elle éprouvait le moyen d'essayer, cependant, Iason ne ferait preuve d'aucune pitié pour l'en punir, elle qui devait apprendre également à ne plus juger les Juges.

Pandore pouvait requérir sa présence également pour un temps. La femme le surveillait de très près, de trop près peut-être, elle qui savait ses liens avec le Sanctuaire lorsque nul autre Spectre ou Juge n'avait été tenu au courant. Elle lui demandait de trahir, du bout des lèvres avec ce sourire cruel lui étant propre. Trahir quelqu'un du même sang que lui, voué à se battre sous une autre bannière. Trahir celui qu'il appelait cousin parfois, frère souvent, trahir oui... Et le sourire de Pandore s'élargissait trop, beaucoup trop Trahis pour moi.
Alors Iason le faisait sans ombre aucune en son cœur, révélant tout ce qu'il savait de la Balance, du Sanctuaire et des quelques autres Chevaliers qu'il ne connaissait souvent que de nom. Il trahissait non pas pour Pandore, mais pour Hadès, empereur sombre et silencieux qui acceptait dans son armé non pas un homme porteur d'or et de sombre lumière, mais un cœur faible et tourmenté cherchant sa revanche face au monde.

Il servait Hadès, il appartenait à Hadès et lui, terrorisé de mourir d'une faiblesse de trop à son cœur, acceptait la tête haute de perdre la vie pour une guerre ou une bataille, car il y aurait là bien plus de raison au trépas qu'un handicap, une maladie.

Finalement, l'homme lâcha Layla. Ses yeux ne cillaient pas, a-t-on déjà vu un dragon cligner de l'oeil ? Plus grand chose ne pouvait l'effrayer désormais, et peut-être n'était-il pas le plus puissant des Juges mais Iason n'avait plus aussi peur qu'avant. Désormais il pouvait se battre, désormais il pouvait apprendre autrement que par des livres et vêtu du surplis, si peu de choses pouvaient se refuser à lui.

 « Tu aurais du dormir, tu devrais toujours dormir un peu... Ton surplis n'est pas indestructible, en combat tu peux être amenée à le voir se briser sous certains coups, alors tu ne devras compter que sur ton corps à toi pour ne pas te faire emporter. »

Qu'elle apprenne, qu'elle ouvre les yeux enfin, elle capable de voir tellement de choses, et de s'enfermer dans la plus complète des obscurité. Quelqu'un aurait du lui apprendre, quelqu'un capable de voir comme elle, qu'elle sache quel œil ouvrir, quel œil fermer, mais il n'y avait eu personne.
Pour les différents, il n'y a jamais quelqu'un.



Dernière édition par Iason Atridis le Sam 15 Fév - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Ven 14 Fév - 19:11


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

Il toussait toujours avant de boire, et après aussi, ça faisait beaucoup de bruit, puis il s'habillait toujours. Elle ne leva pas les yeux de son dessin, elle connaissait déjà ce qu'il faisait, et il manquait des couleurs sur sa feuille, il en manquait toujours. La guerre se prépare, mais la cause d'Hades était la bonne, sinon ils n'auraient pas la possibilité de recommencer une nouvelle fois la Guerre Sainte, ce ne serait pas nécessaire. Mais Hadès était toujours présent, les spectres revenaient lentement aux Enfers, et cette fois ils gagneraient parce que c'était logique, sinon ça ne servait à rien que les spectres se réveillent. Ils n'étaient pas encore arrivés, mais ils viendraient, il lui avait dit. Petit Balrog... Elle ne comprenait pas vraiment cette expression, elle n'était pas petite, il lui avait dit une fois que c'était de l'affection, comme ses lèvres sur son front le matin quand il se réveillant quand elle était là, mais elle n'arrivait pas à comprendre à quoi cela servait. Il l'appelait comme ça, c'était tout, et elle ne disait rien, ce n'était pas vraiment important la façon qu'il utilisait pour l'appeler.

Non, mais c'est toujours la nuit ici, j'aime bien la nuit.

Elle avait dormi une fois, pas deux, parce qu'elle n'y arrivait, même si c'était plus silencieux que la Grèce. Il toussait encore et elle mit du bleu dans son dessin, s'appliquant en traçant le trait qui le reliait à d'autres. Il y en avait tellement, la feuille en était couverte, ça n'aurait pas de sens pour quelqu'un d'autre mais elle voyait, elle voyait toujours, même s'il manquait des choses, il en manquait toujours, c'était moins clair que dans son esprit. Elle allait prendre un autre crayon quand elle sentit le cosmos, et elle regarda d'où il venait. Iason portait son surplis, il était de nouveau la Wyverne, et il allait siéger au Tribunal aujourd'hui. Il aurait pu lui faire peur avec l'armure noire, mais elle était belle, elle lui donnait un air plus dur que quand il ne l'avait pas, mais elle était belle sur lui. Elle posa la feuille sur le lit, l'observant encore un moment avant de parler, les yeux sur les ailes qu'il avait dans le dos. La Wyverne a des ailes d'ange...Pourtant c'est un dragon... Ses sourcils se froncèrent, seuls les Juges avaient des ailes d'anges, seuls eux pouvaient juger les âmes, pourtant elle le faisait quand ils n'étaient pas là, mais son surplis à elle n'avait pas des ailes d'ange, ça ressemblait à celle d'une chauve-souris ou d'un démon, comme sur les statues qu'elle avait déjà vu. Elle n'avait pas leurs ailes, elle n'était pas un Juge, mais elle jugeait quand même les âmes, ce n'était pas logique. Peut-être quand les trois Juges seraient là elle n'aurait plus à le faire, mais dans ce cas, qu'est-ce qu'elle ferait?

Elle prit le crayon rouge et rajouta des traits sur le papier, elle l'avait reprit, il manquait des traits, elle devait les rajouter là ils devaient aller. Il en manquait toujours, elle n'avait pas assez de couleurs, et elle ne pouvait pas les mélanger. Elle n'y arrivait pas, elle n'arrivait plus à voir, plus assez, ça recommençait à bouger dans tous les sens, elle n'arrivait pas à les faire s'arrêter. Elle serra un peu plus le crayon, essayant de placer les traits, mais elle n'y arrivait plus, et le dernier trait n'était pas bien placé. Elle sentait sa colère grandir, ça n'allait pas, ça n'allait jamais, pourquoi elle n'arrivait plus à voir ce qu'elle devait dessiner? Est-ce que c'était parce qu'elle ne devait pas le faire? Elle ne comprenait pas, elle avait besoin de comprendre, mais elle ne comprenait pas, et elle ne voyait plus aussi bien, ce n'était plus clair, les liens recommençaient à bouger partout, à se croiser et se décroiser partout.

Lentement elle fit tourner l'anneau autour de son pouce, elle ne l'avait pas encore enlevé, elle l'enlevait toujours avant de devenir le Balrog, même si elle l'était déjà. L'anneau était à Layla, pas au Balrog. Mais ça la calmait un peu de faire tourner l'anneau, les lignes s'enroulaient comme dans son esprit, elle y voyait presque la même chose, même si ce n'était pas pareil. Encore un tour, puis un autre, toujours le même nombre, et elle se leva pour se mettre à côté de lui, un peu derrière, parce que c'était sa place avec les Juges. Si Iason prenait sa place au Tribunal, alors elle serait derrière lui, parce que c'était la place du Balrog d'assister la Wyverne, le Griffon et le Garuda. Elle aimait bien les ailes qu'il avait dans le dos, elles étaient belles et noires comme la nuit, et elles ne faisaient pas de bruit, même si c'était du métal, pas de bruit comme des plumes. Ses ailes à elle ne faisaient pas de bruit non plus, mais elles n'étaient pas aussi belles, mais c'était les ailes du Balrog.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Sam 15 Fév - 14:39

I'm in search of my lionheart


Il ne pu s'empêcher de rire aux propos de la jeune fille. Iason trouvait en effet étrange que Layla s'intéresse à des concepts tels que les anges. La tête droite, le visage enfin aux couleurs de la vie, son rire était bas et grave ainsi que l'est celui des rois. Plus digne ainsi vêtu du surplis, moins marqué par les tourments et la haine, l'homme semblait ainsi embrasser ce qu'il devait être. Iason n'avait pas toujours appartenu aux Enfers et sa trop grand humanité se faisait ressentir souvent comme marque de faiblesse, mais il apprenait. Les hommes, ses égaux qui pourtant avaient toujours pensé valoir plus que lui, après tout, il ne les avait jamais aimé. Qu'importe, il était Dragon à présent, il était Wyverne comme Layla le lui rappelait souvent, et cette jeune fille, cette enfant, ne pouvait avoir plus raison.

 « Et à quoi me servent-elles, ces ailes, enfant ? »

Il tenait dans sa main ganté le poignet de la jeune fille, le métal ne pouvait sentir la peau pourtant Iason savait par intuition chacune des veines cachées par l'épiderme de Layla. Il en devinait la fragilité, sans pour autant ressentir une quelconque envie de meurtre car la mort viendrait bien assez tôt. Ils étaient les enfants des Enfers, soldats d'Hadès, juge des âmes et bourreaux des hommes et de leurs rêves de gloire.
Lentement, l'homme fit se lever la main de la jeune fille jusqu'à ce que ses doigts puissent effleurer les ailes du surplis.
Layla n'aimait pas qu'on la touche, pourtant Iason le faisait quand même. Il fallait qu'elle apprenne, ce n'était pas ici la place pour un animal sauvage, encore moins une gamine capricieuse préférant vivre dans son propre monde. Il lui imposait cela, des contacts et ne s'émouvait jamais de ses cris et indignations... Pour qu'une leçon soit apprise, il ne suffisait pas des pouvoirs d'un dieu ou d'un quelconque surplis maléfique vous offrant tout sans le moindre effort. Non, il fallait de la rigueur, de l'entraînement, quelque chose que l'archéologue avait très tôt eut à comprendre du fait de sa promiscuité avec son cousin chevalier.   D'une façon, c'était ce qu'il faisait subir au Balrog : un entraînement. Pour que peu à peu, son monde à elle puisse se fondre dans le leur....

Alors il la forçait à toucher le surplis, les ailes, et en même temps c'était son poing à elle dans sa main à lui. Il ne le brisait pas, n'en avait pas besoin, le rapport de force était là. Tout comme Layla ne l'attaquait jamais non plus lorsqu'il redevenait cet humain faible et cardiaque une fois enlevée l'armure maléfique. Si jamais un jour elle éprouvait le moyen d'essayer, cependant, Iason ne ferait preuve d'aucune pitié pour l'en punir, elle qui devait apprendre également à ne plus juger les Juges.

Pandore pouvait requérir sa présence également pour un temps. La femme le surveillait de très près, de trop près peut-être, elle qui savait ses liens avec le Sanctuaire lorsque nul autre Spectre ou Juge n'avait été tenu au courant. Elle lui demandait de trahir, du bout des lèvres avec ce sourire cruel lui étant propre. Trahir quelqu'un du même sang que lui, voué à se battre sous une autre bannière. Trahir celui qu'il appelait cousin parfois, frère souvent, trahir oui... Et le sourire de Pandore s'élargissait trop, beaucoup trop Trahis pour moi.
Alors Iason le faisait sans ombre aucune en son cœur, révélant tout ce qu'il savait de la Balance, du Sanctuaire et des quelques autres Chevaliers qu'il ne connaissait souvent que de nom. Il trahissait non pas pour Pandore, mais pour Hadès, empereur sombre et silencieux qui acceptait dans son armé non pas un homme porteur d'or et de sombre lumière, mais un cœur faible et tourmenté cherchant sa revanche face au monde.

Il servait Hadès, il appartenait à Hadès et lui, terrorisé de mourir d'une faiblesse de trop à son cœur, acceptait la tête haute de perdre la vie pour une guerre ou une bataille, car il y aurait là bien plus de raison au trépas qu'un handicap, une maladie.

Finalement, l'homme lâcha Layla. Ses yeux ne cillaient pas, a-t-on déjà vu un dragon cligner de l'oeil ? Plus grand chose ne pouvait l'effrayer désormais, et peut-être n'était-il pas le plus puissant des Juges mais Iason n'avait plus aussi peur qu'avant. Désormais il pouvait se battre, désormais il pouvait apprendre autrement que par des livres et vêtu du surplis, si peu de choses pouvaient se refuser à lui.

 « Tu aurais du dormir, tu devrais toujours dormir un peu... Ton surplis n'est pas indestructible, en combat tu peux être amenée à le voir se briser sous certains coups, alors tu ne devras compter que sur ton corps à toi pour ne pas te faire emporter. »

Qu'elle apprenne, qu'elle ouvre les yeux enfin, elle capable de voir tellement de choses, et de s'enfermer dans la plus complète des obscurité. Quelqu'un aurait du lui apprendre, quelqu'un capable de voir comme elle, qu'elle sache quel œil ouvrir, quel œil fermer, mais il n'y avait eu personne.
Pour les différents, il n'y a jamais quelqu'un.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Sam 15 Fév - 17:57


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

Enfant...Ça résonnait dans sa tête, au milieu de tous ces liens qui s'agitaient à nouveau...Enfant...Elle n'aimait pas ce mot, elle n'était pas une enfant, plus depuis longtemps, elle n'était plus une enfant, elle avait cru qu'il le savait lui aussi, mais non...Enfant...Il mentait, ils mentaient toujours, elle les détestait tous, même Iason qui la traitait d'enfant alors qu'elle ne l'était plus. Elle avait essayé de rester calme, de ne pas laisser la colère prendre le dessus, après elle se sentait mal, mais elle n'était pas un enfant, elle le savait, et lui non, il ne voyait pas, ils ne voyaient jamais. Sa voix était plus grave, plus colérique, et dans son esprit ça tournait plus vite, elle recommençait à ne plus voir, elle avait besoin de voir. Je ne suis pas un enfant... Elle n'aurait de toute façon pas pu répondre à sa question, elle ne savait à quoi servait ses ailes, mais ce n'était plus important du tout. Il l'avait attrapé par le poignet, serrant sa main couverte de métal autour, et la leva lentement, jusqu'à ses ailes. Lâche-moi Iason!

Il ne lui faisait pas mal, pas encore, mais elle savait que ça viendrait, ça venait toujours. D'abord on la bloquait, puis on lui faisait mal, même si elle essayait de se défendre, c'était toujours la même chose, toujours. Sa respiration était plus rapide, la peur remplaçait la colère, la Wyverne lui faisait peur, elle voulait le fuir mais il la tenait, elle était bloquée, bloquée. Il approchait sa main des grandes ailes noires, elle les voyait s'approcher, et elle ne pouvait rien faire, bloquée, bloquée. Lâche-moi! Elle aurait voulu appeler le Balrog à elle, entrer dans cette belle armure où elle se sentait en sécurité, mais elle n'y arrivait pas...Panique...Elle avait entendu ce mot une fois, ils parlaient d'elle, ils se moquaient d'elle. Elle n'arrivait pas à appeler le Balrog, il était trop loin, il ne l'entendait pas, il ne l'avait pas entendu avant, il était venu trop tard...

Ses doigts touchaient le métal, mais elle ne voyait rien, elle ne comprenait pas, pourquoi il faisait ça? Le métal était froid, mais en même temps chaud, ce n'était pas logique, ça n'avait pas de sens, elle n'arrivait pas à comprendre. Elle essayait de le repousser, de le faire lâcher, mais elle n'y arrivait pas, il était trop fort, ils étaient toujours plus fort qu'elle. Elle le poussait, mais ça ne faisait rien, il ne bougeait pas, il la tenait, comme s'il attendait quelque chose d'elle, mais elle n'avait rien, rien du tout, juste le Balrog, mais il était la Wyverne, il n'avait pas besoin de son surplis...Il n'avait pas besoin du Balrog. Et elle répétait toujours la même chose, suppliant et grognant à la fois, et enfin il la lâcha, mais elle ne le laisserait pas à nouveau la toucher, elle ne voulait pas, elle n'avait jamais voulu. Elle sentait ses jambes trembler, mais ce n'était pas le froid, elle aimait le froid, c'était la peur et elle ne l'aimait pas. Ses jambes tremblaient, elles avaient du mal à bouger, mais elle les força, elle ne voulait plus qu'il la touche, qu'il lui fasse mal.

Derrière le lit, avec le lit entre lui et elle, elle était en sécurité, un peu au moins. Il ne lui avait pas fait mal...pas vraiment...juste peur. Mais c'était la même chose, la peur faisait toujours mal, dans sa tête ou sur son corps, c'était la même chose. Elle s'était assise par terre, cachée par le lit, les jambes repliées entre ses bras, essayant de se concentrer sur les lignes de son anneau. Elle devait retrouver le calme, elle en avait besoin, les yeux fermés elle voyait mieux, elle préférait, il faisait plus sombre, elle pouvait les voir, elles bougeaient trop vite encore. J'ai dormi...Je n'arrive pas à dormir longtemps...Il y a trop de bruit... Lentement, lentement, l'anneau tournait, les lignes aussi, celles dans son esprit aussi, mais c'était un peu plus lent, ça commençait à redevenir calme. Si le surplis se brise c'est qu'il doit le faire...C'est comme ça...C'est que le combat doit se terminer comme ça... Elle sentait son cœur battre vite, trop vite, mais il se calmait lui aussi, il avait besoin de calme, comme sa respiration, comme son esprit. Mais elle ne comprenait pas pourquoi il avait fait ça, il savait pourtant...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Dim 16 Fév - 22:02

I'm in search of my lionheart


La colère de Layla se brisait contre sa froideur à lui. L'homme ne s'excusa pas, lui qui vivait sans remords à présent. Qu'importe la peur de la jeune fille, qu'importe ses cris et sa rage, elle devait apprendre. C'était cela ou bien la mort, la vraie, hors Hadès pouvait avoir besoin du Balrog... Hélas celui-ci semblait trop anormal, défectueux... Bon sang pourquoi personne ne s'en était occupé ?! Les dernières paroles de Layla firent alors naître une émotion encore plus glacée sur le visage du Juge. Elle se permettait de dire cela, il en était ainsi ?

 « Tu es un mauvais soldat si c'est ce que tu penses. Sois heureuse d'être différente et de ne pas ressentir comme un être normal, sinon la honte t'aurait déjà empoisonné »

Non, même le surplis brisé il fallait continuer, car c'est ce qu'un Chevalier ferait également. Hors de question de stopper, d'accepter. Ils vivaient pour cela : se battre, et la mort était promesse alors. Hadès était son idéal, et jusqu'au bout Iason le servirait. Il lui apportait tout de lui, de son humanité faible et malade jusqu'à ses griefs, sa rage et son honneur. Tout pour qu'en échange, le dieu lui accorde la force. Alors, même si cette force venait à être détruite, Iason continuerait de se battre. Telles étaient ses règles à lui, le dragon, la Wyverne.

 « Les Spectres de notre Seigneur ne sont pas des animaux, redresse-toi. Apprends à avoir mal, apprends à ne plus avoir peur aussi. Ce sont des ordres. »

Des ordres qu'il ne souffrirait pas de voir désobéi, ils possédaient un léger avantage sur le Sanctuaire du fait de la présence de leur dieu et ne devait pas le laisser échapper en raison de quelques maillons faibles. Toujours en recherche de perfection dans ses causes et dans ses actes, le Juge rejetait l'erreur, autant pour lui que pour les autres. Glacial et intransigeant, Iason n'était peut être pas le plus stratège, peut être pas le plus guerrier ou le plus tacticien mais peu importait car l'homme ne prenait rien à la légère.

Sans regard en arrière sur la pauvre chose qu'était Layla, Iason quitta la chambre. Comment décrire la sensation que chaque foulée lui apportait, lui qui désormais ne risquait plus l'évanouissement et le malaise ? C droit que chaque homme avant lui partager, celui de se lever et de marcher dignement, il le possédait enfin non pas grâce à une déesse d'amour et de bataille, elle qui avait été jusqu'à lui voler ce cousin semblable à un frèr, mais par un être bien plus sombre et secret alors.
Son pas rapide et sec claquait sur les pierres du palais. Le palais de la Wyverne, le sien, lui qui peu à peu s'échappait également du genre humain. Et des spectres étaient à ses ordres, soldats de l'ombre au service d'Hadès.
Au service de ses ténèbres et de son royaume, eux que la mort attendaient tous. Peu à peu, Iason oubliait le regard à venir de Jayden, celui trop bleu, trop triste, celui des regrets et de la trahison. Son cousin bien aimé et tout puissant ne lui apparaissait plus désormais que comme un être faible et voué à la disparition, lui qui avait de grands idéaux peut-être, mais d'un autre temps sans rien ni personne pour les servir.
Amour, amitié, loyauté.... Tout cela au service du Bien, avec un grand B, ce Bien qui n'empêchait ni la mort, ni la maladie et se permettait encore de statuer la valeur d'un homme par rapport à un autre. Iason en avait souffert, du fond de ses humeurs et de ses silences, à présent venait la vengeance, mais celle-ci avait à être lente et froide comme une mort douloureuse si l'on ne voulait pas tout gâcher. Même l'homme le comprenais...

Enfin aux portes de la demeure, la Wyverne inspira une dernière fois à s'en faire éclater les poumons, et son sang coulait à l'intérieur de son corps comme un venin mystique et tout puissant alors que le cœur battait, battait...Oh simple amour d'être debout et de pouvoir le rester, lui toujours condamné jusqu'alors à s'asseoir et baisser les yeux !

Car il se tenait droit, lui qui avait connu la souffrance, la connaîtrait encore, et désormais n'avait plus peur d'affronter ce qui bien avant le terrorisait. Les doutes et les cauchemars de l'humain en lui étaient là, bien présents, sans qu'il ne les renie ou ne les regrette. Car ils étaient à lui, ils étaient lui, et chacune des petites et grosses souffrances l'ayant traversé avait mené Iason aussi, dans le domaine même des Enfers...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Lun 17 Fév - 2:31


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

La porte n'avait pas claqué mais c'était pareil, au final même sans bruit il y en avait eu. Le ton froid de la Wyverne, la dureté du dragon, la chaleur dans la voix de Iason, comme tous les grecs, sa patience aussi, c'était toujours comme ça, toujours la même personne, mais deux possibilités, deux chemins, elle le voyait, elle l'avait toujours vu, sans comprendre, jamais. Elle voyait mais n'arrivait pas à comprendre. Et ses mots résonnaient dans son esprit, mais le silence était presque parfait autour. Son anneau tournait et ses yeux ne le quittaient pas, se concentrer dessus, se concentrer sur les lignes. Mais ça résonnait dans son esprit. Il ne comprenait pas, il ne voyait pas, c'était toujours comme ça, toujours. Elle détestait ces mots, ils revenaient toujours, toujours les mêmes, elle les connaissaient mais ça faisait toujours la même chose.

La honte? C'était tout ce qu'il voyait, ce qu'il comprenait? Il se trompait, il ne voyait rien, juste la surface, comme tous les autres. Elle était plus que ce que tous voyaient à la surface, ils l'étaient tous, mais elle avait apprit à le voir, à tous les voir, même juste un peu, toute seule, parce qu'elle était différente et que personne n'avait jamais vu autre chose, juste un animal sauvage, juste une erreur, qui devrait avoir honte de vivre. Mais elle ne serait plus en vie si elle n'avait pas su depuis longtemps, très longtemps, qu'elle devait vivre, parce qu'elle avait une place quelque part, quelque part elle serait utile. C'était Hadès qui lui avait offert cette place, qui lui avait proposé ce qu'elle voulait en échange de sa fidélité. La Wyverne parlait mais même lui ne savait pas ce que l'armure lui avait promis ce soir-là, dans le silence parfait, dans les ombres agréables. Même elle, elle n'avait comprit que quand Iason lui avait expliqué la Guerre Sainte, quand il lui avait dit ce qui arriverait quand Hadès gagnerait, quand ses ennemis seraient détruits.

Alors elle s'était levée doucement, dépliant ses jambes, l'air froid sur sa peau, dans le silence presque parfait, son anneau qui tourne. Elle avait eu honte, mais Hadès et le Balrog lui avaient offert une chance, contre sa vie. Alors elle s'était avancée, dans la chambre froide, attrapant un pantalon de toile qui n'était pas le sien, trop grand, trop large, mais souple et confortable, et avec une poche. Elle avait peur, avait toujours eu peur, mais bientôt ce serait fini. Elle tourna l'anneau encore une fois, regarder les lignes tourner une dernière fois tranquillement, l'anneau était à Layla, pas au Balrog, puis elle le rangea dans la poche. Elle avait eu mal, connu que ça, dans son esprit et sur son corps, mais à la fin de la Guerre Sainte, à la victoire d'Hadès, ce serait terminé. Il ne comprenait pas, mais elle oui, et c'était le Balrog qui lui avait montré. Alors elle l'appela, heureuse d'être seule, c'était son moment à elle, la chaleur qui l'entourait, le métal qui la recouvrait presque en entier, le silence qui se faisait plus clair, bientôt il serait total. Bientôt. Et elle sortit de la pièce, suivant en silence les pas de son supérieur, aucun bruit ne dérangeait son esprit qui s'était fait plus clair, plus calme.

Tu ne comprends pas...S'il est inévitable que le surplis soit brisé, cela ne signifie pas pour autant que le combat est terminé, et même sans surplis je reste un soldat d'Hadès...Elle fit un pas en avant, sortant des ombres qui étaient partout dans le palais de la Wyverne. Plus vraiment Layla, pas encore totalement le Balrog, son casque dans la main. Je reste le Balrog. S'avançant un peu plus, elle se plaça à ses côtés un instant, son regard sur la lourde porte qui fermait Caïna. Quant à la peur et à cette différence...Ce sont elles qui m'ont permis de survivre jusqu'à ce que le Balrog me trouve. Je ne suis pas "normale", tu n'es pas le premier à le dire, mais ce n'est pas qu'une faiblesse... Elle se tourna et leva les yeux vers la Wyverne, le Juge qui avait trouvé le Balrog, croisant brièvement son regard et posa le lourd casque sur sa tête, prenant soin de dégager ses cheveux, complétant l'image du Balrog. Le poids n'était plus important, le calme s'était fait dans son esprit et l'armure l'enveloppait de sa chaleur, imposant peu à peu un silence presque total à ce bruit qui ne cessait jamais vraiment. Quels sont tes ordres, Juge?

Le Balrog servait les Juges, il leur obéissait, toujours. C'était ainsi que les choses devaient être. Wyverne, Griffon et Garuda dirigeaient le Tribunal et rendaient le Jugement, le Balrog exécutait leurs ordres, quels qu'ils soient. Jusqu'à la dernière bataille, jusqu'au dernier souffle, c'était le destin du Balrog. Et sous les commandements d'Hadès et de Pandore, les Enfers gagneraient enfin cette guerre, pour que le règne du dieu s'étende à toute la Terre. C'était Iason qui l'avait expliqué à Layla, instant si lointain et si proche à la fois. Et malgré tout ce qui brûlait trop souvent en elle, elle savait que c'était ainsi que les choses devaient se passer. S'inclinant légèrement dans sa direction, elle attendit ses mots, elle qui n'attendait jamais rien de personne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Lun 17 Fév - 20:55

I'm in search of my lionheart


 « Non, ce n'est pas une faiblesse mais tu la rends comme telle »

Toujours le dédain, toujours le mépris non pas de cette différence que Layla savait posséder, mais de son incapacité à l'utiliser. Le Juge condamnait le Balrog, ainsi soit-il, et l'homme savait ne rien accepter de la jeune femme sous prétexte qu'elle était Balrog, qu'elle était différente. Si Layla continuait de s'avancer sur cette voie dangereuse, la Wyverne ne lui offrirait nulle aide. N'y avait que les faux poètes pour glorifier les loups solitaires, ceux incapable de comprendre qu'ils mourraient aux premières neiges.
Une force émanait des deux spectres, noire, brutale, impossible à décrire vraiment. Cela avait-il un sens d'être une femme aux Enfers ? Eux qui étaient égaux devant la violence et le désespoir, eux qui servaient le même dieu, prêts à devenir reflets de sa colère triste et abandonnée....

Les derniers mots du Balrog furent accueilli dans un silence de ténèbres. Iason ne regardait pas la jeune femme, il n'avait en vérité pas tourné la tête vers elle depuis que Layla l'avait rejoint. Silence de colère et de tempête, quelque chose se préparait et le dragon s'élancerait, lui porteur de feu et de destruction. Finalement, il parla à nouveau :

 « Mes ordres....Tu demandes ce qu'ils sont, tu m'obliges à les répéter ? »

Sa voix avait la froideur d'une arme, un pistolet chargé sur une tempe, un poignard venu effleurer l'espace entre deux omoplates, les effluves d'un verre de poison....Car il était feu et désolation, car il était juge et dragon, car il était wyverne. Finalement, l'homme regarda Layla, les yeux pareils à deux serpents agressifs.
Le surplis donnait, le surplis prenait aussi. Il donnait force et vitalité, il prenait en désespoir et humanité, transformant cela en torrent furieux de rage et de colère.

 « Quel soldat es-tu ? Il y a quelques instants je t'ai donné des ordres: apprendre à avoir mal et ne plus avoir peur. Balrog, regarde-moi »

Il ne la touchait pas, il n'en avait pas besoin. Cependant Iason révélait sans même le comprendre un point important de sa personnalité : il était un pédagogue, un professeur dans l'âme. Car depuis son enfance, l'homme avait eu à mettre en avant l'intellect plutôt qu'un corps malade, tout en sachant cependant que jamais cela ne serait assez pour combler les attentes.

 « Empêche ton arrogance.... Tu voies le monde d'une certaine manière peut-être mais cela ne suffit pas. Il faut le voir comme toi, mais pas seulement... autrement aussi. Ton œil à toi, celui des autres : deux visions. Deux visions au moins et plus tu en auras, plus tu seras puissante. Ce n'est pas qu'aux autres de comprendre, c'est aussi à toi. C'est surtout à toi.... »

Il abattit sa main sur l'épaule de l'autre Spectre, tout autant un geste qu'une menace. Dangereux, dangereux peut-être bien plus que lui-même n'en avait conscience, Iason ne quittait pas Layla du regard à présent.

 « Et ne me fais plus jamais répéter mes ordres.... »

Une voix douce, trop douce et tant de tempêtes se cachaient derrière. L'homme enleva sa main, Layla pouvait faire le choix de le retenir, de le questionner ou d'encore rejeter ses mots mais rien ne pourrait prévoir alors la réaction du dragon.

Songeur, l'homme regarda l'horizon. Il y avait une douleur en lui, sourde et profonde. Lui non plus ne pouvait porter le même univers que toute autre personne mais il avait appris à vivre, plus que survivre dans un monde ne pouvant lui être adapté. Chercher à se montrer fort, cacher toute faiblesse, omniscient, omnipotent lui qui n'avait pas le droit à l'erreur.

C'était cela, c'était cela ou ne plus avoir droit de vivre car sa faute était grande trop grande :

Il était né différent.

Différent et condamné.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Mar 18 Fév - 15:39


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

Le silence s'était fait à nouveau, mais il ne durerait pas, il était trop lourd, trop impatient de voler en éclat. Puis il avait parlé. Répéter? Ce n'était pas ça, mais il ne pouvait pas le savoir ou le comprendre. Il y avait toujours eu cette distinction depuis son arrivée aux Enfers, parce qu'elle avait comprit que le surplis n'amenait pas que la paix que son porteur désirait. Les ordres qu'il croyait répéter était ceux de la Wyverne à Layla, pas au Balrog, et même s'il ne le voyait c'était une différence importante. Le Balrog n'avait pas peur, il connaissait la douleur mais l'avait accepté, alors que Layla avait encore beaucoup de progrès à faire, elle en était consciente. Quel soldat elle était? Mais il n'y avait qu'un seul type de soldat, celui qui se battait. Le reste ne méritait pas ce nom. C'était la différence entre eux après tout, elle était soldat, il était Juge. Elle n'était pas la Wyverne, le dragon au feu destructeur, elle était le Balrog. Le fléau ancien, l'ombre et la flamme, le général qui sommeillait, le gardien du pont. Les ailes de la Wyverne étaient belles, les siennes étaient celles du démon, son manteau d'obscurité. Ses ailes d'ombres. Parce que c'était le rôle du Balrog, rester dans l'ombre et obéir aux ordres des Juges. En l’occurrence de la Wyverne, vu qu'il était le seul arrivé aux Enfers, mais bientôt les deux autres Juges se présenteraient et le Tribunal serait complet.

Alors elle avait lentement relevé les yeux vers lui, elle ne pouvait de toute façon pas refuser l'ordre direct. Elle connaissait ce froid dans sa voix, même s'il était le dragon cracheur de flammes, c'était le froid du Juge. Mais jamais elle ne le regardait directement quand elle portait son casque, préférant fixer un point du sien. C'était arrivé une fois, et ce qu'elle avait vu la hantait toujours, impossible à comprendre. Alors plutôt que de s'infliger une nouvelle crise lorsqu'elle ôterait finalement le surplis, elle préférait retenir cette curiosité qui était toujours là, cette envie de comprendre ce qu'elle pourrait voir cette fois. Il n'était pas mort, il était Juge, et ce n'était pas son rôle de voir ce schéma si complexe et si incertain.

Elle avait gardé le silence, son esprit calme, pendant que le Juge parlait, écoutant avec attention chacun des mots qu'il prononçait. Chaque mot avait son importance, chaque détail, chaque intention. Aux Enfers elle apprit qu'il n'y avait pas de place pour les faibles. Chaque faiblesse serait utilisée contre elle, chaque infime détail, et elle ne pouvait se le permettre. S'il y avait eu plus de Spectres, elle ne quitterait pas son surplis, comme le faisait Iason. Aux Enfers elle était de toute façon moins faible, et le Balrog l'y aidait. Pour ce qui était du reste, de cette vision différente du monde qu'il lui demandait de comprendre... Je ne connais que cette vision du monde, celle où chaque personne est un danger potentiel, où tous mentent. Tous, sans exception, elle n'avait jamais entendu que ça, vu que ça. Je ne serais jamais normale, tu le sais aussi bien que moi, mais tu sais aussi que j'apprends vite...

Elle savait que sa propre vision du monde était différente, mais avait aussi compris que chacun possédait la sienne, liée à la façon dont il avait vécu, lié à ce schéma si complexe que tous possédaient. Les griffes de la Wyrverne étaient tombées sur son épaule, elle en sentait le poids sans que ça la dérange, attendant de voir ce qu'il en ferait. Mais rien n'était arrivé et il avait finit par reprendre sa main. Le contact ne l'avait pas dérangé, le surplis protégeait son corps, et elle n'aurait de toute façon rien fait pour l'empêcher de faire, on ne défiait pas un Juge.Je ne te ferais plus répéter et j'exécuterais tes ordres. Néanmoins elle savait que ce qu'elle s'apprêtait à dire pouvait ne pas plaire à la Wyverne. Puisque Iason semblait pour le moment être assez patient pour apprendre à Layla...Et qu'il avait ordonné qu'elle apprenne... Pourquoi ne pas me montrer ce que je dois comprendre...là-haut. C'était au final toujours la même chose, elle apprenait ce qu'elle devait connaître, ce dont elle avait besoin pour voir. Si la Wyverne jugeait qu'elle ne voyait pas, alors elle apprendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Mer 19 Fév - 1:04

I'm in search of my lionheart


Que pouvait-il lui apprendre, lui qui savait les soirs de pluie et la frayeur de chaque cri ? Iason connaissait la nuit et l'ombre, le soleil un petit peu, la lune beaucoup moins. Il arrachait les secrets du monde, avant, dans la chaleur des chantiers, à parfois combattre aussi vent et humidité, les genoux à terre et les mains sales. Que pouvait-on apprendre de cela, du silence des musées aussi, du parfum d'une salle de classe où personne ne se voit, personne ne se parle ? Et la lumière des livres alors, comme un résor en soi, un bouclier face au monde lorsque l'on devient incapable de regarder les gens pour ne plus voir que les mots.
Que pouvait-il lui apprendre du sang dans ses tempes, du nombre de battements de cœur qu'une minute doit contenir, des murmures dans son dos et des chutes, de toutes les chutes ?

 « Apprends vite, apprends seule. »

Transcender la chair, transcender le sang, et après ? Iason songea à la mort et à l'orage, à toutes ces choses capables de se battre en lui qu'il ne pouvait toujours nommer. Là haut, il l'y emmènerait, oui, mais seulement pour les combats. Le monde, il en avait assez, épuisé et meurtri de n'y avoir trouvé idéal et passion, épuisé et meurtri de voir chaque plume de ses ailes brûler et disparaître. Le monde n'avait jamais été celui que lui-même ressentait via son cœur malade, il avait du faire avec pourtant pour ne pas s'effondrer trop, beaucoup trop.
Le Juge s'était remis à marcher, foulant la terre des Enfers comme jamais encore il n'avait parcouru le moindre chemin. Il appartenait ici, à ce lieu, et les mots d'Homère, de Virgile, de Dante et tant d'autres encore, ceux qu'ils connaissaient par cœur depuis ses années étudiantes, ils se mélangeaient dans sa tête en un concerto de couleurs et de ressenti pour ne plus former que l'illustration parfaite de ce qui s'étendait au devant de lui. Les Enfers, là où attendaient les Spectres d'Hadès, là où les âmes attendaient un jugement, là où un dieu espérait assez pour une vengeance parfaite. Et de temps en temps, comme une mélodie, des cordes pincées, quelques silences, un rythme musical... La présente de Pandore, sous entendue, implicite, invisible. Pandore et sa harpe, Iason l'avait vu une fois, l'instrument, alors que la femme l'avait fait mander jusqu'à elle. Et quelle était-elle, la musique de Pandore, de quel temps s'était-elle échappée, de quel cœur ?

Il accéléra son pas pour le simple plaisir de sentir les muscles et le corps répondre. S'il voulait, Iason pourrait courir comme un cheval fou et rien, absolument rien ne lui arriverait alors. Mais ce serait ivresse d'ivrogne que de céder, alors son regard avide se contentait de dévorer tous les espaces qu'il pourrait parcourir désormais par la seule force de son cœur et de ses jambes. Par la seule force du surplis.

Brusquement, Iason dévia du chemin du tribunal sans offrir une quelconque explication. Il ne chercha pas à regarder si Layla le suivait et aucun du peu de Spectres qu'il croisa alors, ne cherchait à l'arrêter.
L'homme semblait tout autant savoir où il allait, qu'égaré. La poussière se soulevait sous ses pas sans pour autant s'accrocher au métal noir du surplis et sa silhouette, comme surnaturelle, fendait le secret des lieux. Finalement, il s'arrêta. Sous la falaise en contrebas, un défilé d'âmes s'étirait en une multitude de visages aux yeux hagards et aux faces anonymes. Les morts du jour, de cette première partie du jour tout au moins, ceux que Iason aurait à juger. Il regardait ce flot d'humanité non pas comme un homme regarderait un troupeau de vaches à l'abattoir mais comme...autre chose. Quelque chose dans ses yeux s'était assombrit, s'il s'agissait d'un souvenir douloureux, il ne prit pas la peine de le partager, et ses lèvres adoptaient désormais le sourire sévère des statues. Oiseau de proie immobile, dragon gardien, le temps sembla se figer. Finalement, Iason étendit le bras.

 « Ces âmes, elles pensent devoir errer ici, elles pensent que nul ne comprendra jamais ce qui leur arrive, qu'elles détiennent un secret car elles portent encore en elles un monde différent, celui d'en haut avec des règles qu'elles ont accepté, et parfois dicté. Par cela, elles se sentent supérieur... Ne te sens jamais supérieur, toi, ce serait le début de la Chute. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Jeu 20 Fév - 4:02


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

Bien. En silence elle l'avait suivit, ombre derrière le Juge, observant les Enfers qui s'étendaient sous ses yeux. Il lui avait parlé de ces livres où ils étaient décrits, mais doutait que cela approche ce qu'elle voyait. Les livres mentaient eux aussi, les mots n'étaient pas toujours assez précis pour illustrer la réalité. Elle les lirait certainement un jour, ne serait-ce que pour comparer, mais n'avait plus cette même affinité avec les écrits depuis qu'elle s'était rendue compte de leur fausseté. Elle l'avait suivit alors qu'il avait choisit de ne pas se rendre directement au Tribunal, en silence, observant le surplis noir de la Wyverne, les larges ailes qui pendaient dans son dos aussi souples et chaleureuses qu'une cape, mais aussi dures et froides que le métal. Les spectres avaient souvent des ailes, toutes différentes, associées à l'âme de leur surplis, mais celles de la Wyverne étaient d'une beauté froide et menaçante. Elle entendait les murmures des spectres qu'ils dépassaient, juste des questionnements sur ce que comptait faire le Juge, mais elle avait entendu autre chose...À peine murmuré, qui n'aurait jamais dû atteindre ses oreilles, mais le Balrog appartenait aux ombres des Enfers et elles entendaient tout. Le lézard et son chien. La deuxième partie n'avait pas grande importance, si obéir aux ordres des Juges faisait d'elle un chien alors elle était ce chien, mais le surnom donné au Juge lui déplaisait beaucoup. S'ils se permettaient de moquer la Wyverne, c'étaient qu'ils le jugeaient faible, et un Juge n'était pas faible et ne devait pas laisser paraître la moindre faiblesse. Mais elle ne pouvait pas s'arrêter et questionner le spectre sur cela, pas tant que la Wyverne ne lui aurait pas donné son congé, elle ne pouvait qu'attendre et le suivre.

Elle ne pouvait pas laisser les spectres croire la Wyverne faible, car ce n'était pas le cas, ce n'était qu'un mensonge destiné à affaiblir l'autorité du Juge. Les spectres devaient se respecter entre eux, aucune querelle ne devait troubler l'armée d'Hadès, et ces mots ne feraient que remettre en cause les ordres à venir. S'il fallait supprimer cette rumeur à la base, avant qu'il ne soit trop tard, elle le ferait, car c'était son rôle de seconder les Juges et de faire respecter leur autorité... Le Balrog s'était finalement arrêté, légèrement en retrait de la Wyverne qui s'était immobilisée, attendant un éventuel ordre mais ne recevant qu'une leçon sur ce qu'était cette masse sous leurs yeux. Leçon qu'elle écouta avec attention, comme toujours, en silence. Et sa voix s'était finalement élevée, calme et plate au milieu de ce bruit incessant qui peuplait les Enfers.

Que deviennent les âmes des porteurs de surplis s'ils meurent? Sont-ils envoyés ici pour être jugés ou existe-t-il une prison spéciale pour eux?

Elle s'était rapprochée de lui, regardant à son tour les âmes qui attendaient d'être jugées, une foule de visages qui restaient flous. Mais derrière cette question s'en cachait une autre, plus discrète, plus personnelle. Quel était le châtiment pour ceux qui, par leur mort, auraient pu causer la défaite d'Hadès? La mort n'était pas inévitable, pas pour les spectre du moins, et savoir quelle serait sa place si jamais elle échouait dans son rôle au sein de l'armée du Dieu devait faire partie de la leçon à un moment ou à un autre. Ils n'étaient qu'humains malgré leurs armures de ténèbres, et donc mortels. Les spectres des guerres précédentes ne revenaient jamais vraiment, seul le surplis survivait, affrontement après affrontement, choisissant un nouveau porteur pour enfin gagner la Guerre Sainte. Le surplis leur donnait force et pouvoir, mais ce n'était jamais gratuit, et ils restaient malgré tout mortels. Ce n'était vraiment de l'inquiétude sur ce qui arriverait à l'âme de Layla si jamais le Balrog tombait, ni une curiosité étrange voir malsaine, elle voulait juste savoir. Savoir ce qu'il adviendrait d'elle une fois que le moment serait arrivé, et quelle serait sa place de ce côté. Passerait-elle devant les Juges, alors qu'elle n'avait pas su obéir à leurs ordres? Sous son casque elle leva les yeux vers la Wyverne, le noir si sombre du surplis qui dégageait tant de puissance, avant de fixer à nouveau les âmes en bas. Quelle serait la réaction du Juge en voyant Layla au milieu de ceux en attente d'être jugés? Aucune sûrement, c'était son rôle, peu importait l'âme, ils étaient tous égaux devant les Juges.

Sait-on si les surplis du Garuda et du Griffon ont trouvé des porteurs?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Jeu 20 Fév - 21:50

I'm in search of my lionheart


Considérant les âmes en silence, Iason sentait que la leçon avait échappé au Balrog. Rien d'étonnant, il n'avait pas eu grand espoir en l'amenant jusque ici, mais refusait malgré tout d'abandonner. Peu lui importait, à lui, de ne pas être compris, il avait déjà fait ses propres armes face au monde. Cependant les questions du Balrog firent monter en lui une colère triste, presque désespérée : Oh Layla, même ça tu ne le sais pas ?
Le regard dur, le cœur aussi, Wyverne leva les yeux au ciel des Enfers. La première question était simple et Jayden lui avait raconté souvent cette histoire-ci. Il n'aurait jamais pensé cependant devoir l'appréhender sous un jour si nouveau.

 « Note statut est différent. Le surplis nous a choisi pour la guerre, plus rien d'autre n'a d'importance. Nous ne mourrons pas, pas vraiment....Avant, les pouvoirs de notre Seigneur étaient tels que même après une défaite, il pouvait nous ressusciter selon son bon vouloir. Seulement les Chevaliers d'Athéna s'en sont mêlés, l'un d'eux, celui de la Vierge, possède ce chapelet dans lequel les âmes des Spectres reviennent, emprisonnées, jusqu'à la prochaine guerre sainte. Nous pouvons cependant être détruit, annihilé, mais la puissance demandée serait grande, sans compter la responsabilité qu'en porterait également nos ennemis. Les chevaliers d'Athéna ne sont pas des meurtriers, et nous non plus. Nous sommes des soldats ; tous, nous nous battons tout autant pour les idéaux de nos dieux, que le territoire que nous possédons tons, Chevaliers comme Spectres, monde de là haut ou Enfers. »

Bien sûr, Layla se fichait sûrement de ce que Iason pouvait déclarer. Ennemi du monde entier, ennemi de lui-même également, le Juge avait appris les nombreuses échelles des haines et des inimitiés. Beaucoup entraînaient le respect malgré tout, et Iason comprenait que c'était là l'une des meilleures choses qu'il puisse souhaiter. Il ne posséderait plus que cela.après tout et n'attendait rien d'autre désormais que la violence.
Se détournant du flot d'âmes, l'homme reprit sa marche silencieuse sans se soucier d'être suivi ou non. Il y eut d'autres murmures à leur passage, bien sûr que la Wyverne le ressentait, mais n'éprouvait aucune envie de les contester ou de faire preuve d'une quelconque autorité. Ce qui importait n'était pas la terreur qu'il pouvait inspirer à ses troupes mais les dommages qu'il causerait à leurs ennemis, voilà tout.

« Le Garuda est éveillé, oui.... »

Silhouette sombre, gardien des clés, puissance et ténèbres. Iason n'avait encore que peu de contact avec l'autre juge malgré leurs fonctions communes. Chacun cherchait à trouver sa place dans cet Enfer prêt à s'étendre et se délivrer.
Parmi les chemins détournés, le Juge fit rejoindre à Layla l'un des embranchements du fleuve Achéron.. Les eaux suivaient leur propre flot, changeantes et immuables tout à la fois. Tantôt serpent paresseux, tantôt dragon lui aussi, le fleuve délivrait ses secrets et son symbolisme, et nul doute qu'un conteur assez intrépide pourrait y boire à son eau et murmurer alors les tourments des hommes et des dieux, la beauté de l'amour, le sens de la mort.

 « Tu vois ici l'Acheron, fleuve de la douleur.... Essaye de le dessiner un jour selon ta propre vision, peut-être y trouveras tu quelque chose d'assez primaire et véridique à tes yeux. »

Il ne la regardait pas, tout plutôt que de voir que ses paroles ne rencontreraient que vent, silence acquiescement mécanique de poupée. Alors ses yeux à lui se plongeaient dans l'Achéron jusqu'à s'y noyer encore et encore. Trop de démons, trop de choses, mais Iason restait debout malgré tout. Ca aussi c'était son rôle, oui ça aussi....

 « Tu n'iras pas au Tribunal aujourd'hui, Balrog.... ainsi, tu ne me sers à rien »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Ven 21 Fév - 18:33


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

Il n'y avait eu que silence après son explication, le Balrog écoutait toujours avec attention, ne répondant que lorsque c'était nécessaire. Si son silence passait pour de l'incompréhension soit, après tout elle n'avait jamais compris que ce qu'elle apprenait par elle-même ou qu'on lui avait inculqué à force de douleur et de peur, pourquoi les leçons de la Wyverne y changerait quoi que ce soit...Mais c'était la différence entre le Balrog et Layla, entre le démon ancien et la toute jeune fille, le premier pouvant se révéler bien plus à l'écoute que la seconde. S'il ne le voyait pas ce n'était pas son problème, elle continuerait comme elle le faisait jusqu'à ce qu'il lui ordonne de ne plus le faire, pour le moment le silence était bien plus agréable que des mots inutiles. Et une nouvelle fois il s'était éloigné, l'ombre du Balrog sur ses pas, alors qu'encore ses mots résonnaient dans le calme de son esprit, certains mots s'accrochant à la toile complexe qui s'y trouvait, faisant vibrer les liens dans une musique silencieuse.

Alors qu'elle le suivait, elle se prit à l'imaginer non pas dans son surplis en plein milieu des Enfers, puissant Juge parmi les spectres, mais simple humain comme elle en avait tant vu parmi les ruines de la surface, dispensant son savoir à tous ceux qui en voulaient. Et pourtant c'était la même personne, la même âme qui portait l'armure de ténèbres de la Wyverne et la peau si fragile de l'humain. Deux facettes parmi toutes les autres, deux aspects qu'elle n'arrivait pas à saisir dans leurs intégralités, ne voyant que la surface, toujours. Il lui restait encore tellement de choses à comprendre, à apprendre, pour enfin voir tout ce qui lui manquait encore, et le Juge n'en était qu'une partie. Le Garuda lui en apporterait une autre partie, même si elle ne savait encore à quoi s'attendre de la part de cet autre Juge, éveillé mais encore absent pour elle. Ce n'est qu'en arrivant au fleuve qui bordait les Enfers et en écoutant ce qu'il en disait qu'elle sortit de ses réflexions, son regard sur les eaux calmes et agitées. Acheron, condamné aux Enfers parce qu'il avait offert son eau aux ennemis de l'Olympe, alors qu'il était le fils de l'un d'eux. Le fleuve de la douleur qui pouvait empoisonner les mortels s'ils y buvaient. Elle savait tout ça, il le lui avait déjà dit mais elle s'était abstenue de lui faire remarquer, un Juge n'est pas censé répéter après tout. Et pourtant il répétait, comme si elle avait loupé quelque chose d'important la première fois, un détail essentiel qu'elle n'était pas capable de voir. L'Acheron marquait une frontière, la limite entre les Enfers et le monde des vivants, que gardait le spectre du Fleuve.

Mais ce n'était pas cette leçon que le Balrog écoutait, c'était les mots qu'employait la Wyverne. Ces mêmes mots qui semblaient inoffensifs et qui pourtant auraient été capables de blesser l'être de chair qui se trouvait au sein du surplis. Mais le Balrog protégeait Layla, ce n'était que des échos qu'elle entendait, protégée par le silence que lui offrait toujours les ténèbres de sa propre armure. Sa propre vision, celle qu'il lui avait demandé de changer plus tôt, sa vérité qu'il ne cessait jamais de remettre en cause, et pour finir par lui signifier qu'il n'avait pas besoin d'elle tant qu'elle serait "ainsi". Parce que le Balrog était différent, parce que cette différence ne convenait pas à la Wyverne.

Bien. Envoie-moi ailleurs où je pourrais te servir "ainsi".

Sa propre voix semblait plus froide, plus dure, mais elle n'y entendait rien de différent, ce n'était que le Balrog qui s'exprimait. Ou peut-être était-elle réellement différente, sans que le surplis influence quoi que ce soit. Cela ne faisait aucune différence pour elle, elle aurait préféré le silence à ces mots, mais il était Juge et c'était lui qui donnait les ordres. Et elle y obéirait, malgré la chaleur qui se faisait discrète au milieu du froid réconfortant du Balrog, les mots de la Wyverne lui rappelant ceux qu'elle avait trop entendu par le passé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Lun 24 Fév - 0:58

I'm in search of my lionheart


Le silence fut celui du poignard et de l'épée, auquel ne répondit que seul le bouillonnement de l'Achéron, reflet de la colère du Dragon. Immobile, Iason avait cependant imposé un mur entre le Balrog et lui, préférant sa propre solitude à la compagnie du Spectre. En son esprit s'érigeait une forteresse, construction de multiples couloirs pour chacun des tourments de son âme. Seul, il y résidait, seul, il s'y emprisonnait...
Un surplis pouvait-il mener un Spectre jusqu'à sa perte ? L'homme n'en savait rien, l'armure qu'il portait possédait une histoire, une conscience plus où moins éveillée des âmes et guerres l'ayant traversé, mais toujours l'archéologue restait maître de son âme, capitaine du vaisseau fantôme qu'il portait en lui. Qu'en était-il de Layla, de sa froideur ? Il y avait un danger en elle, et si la jeune femme évoluait sous d'autres sphères qu'eux, comment pouvait-elle alors espérer donner ou même recevoir de simples ordres ? Ses simples fonctions ne pouvaient espérer excuser tout cela, et si Layla possédait quelques dons, ceux-ci leur était inutile, la jeune fille ne sachant comment les utiliser.

A nouveau, le Balrog lui demandait ses ordres, à nouveau le Balrog ne comprenait pas qu'ils avaient déjà été donné : évoluer. Déjà cependant, Iason prenait des décisions. A sa prochaine entrevue avec Pandore, il demanderait à ce que le Balrog soit démis de ses fonctions, trop peu fiable, trop peu digne de confiance pour l'instant. Le peu d'avance qu'ils possédaient sur le Sanctuaire ne devait pas être gâché par l'éducation d'un Spectre incapable de réellement prendre ses fonctions et de comprendre les ordres et les leçons de ses supérieurs. Le Garuda et la Wyverne pouvaient juger sans l'aide du Balrog, que le Griffon se joignent ou non à eux.

L'homme ne quittait pas le fleuve aux flots bouillonnants, des yeux. Il songea à la propre tempête en ses veines, celle du sang et de la colère, froide, glacée, car tel était le feu le plus profond de la Wyverne, un feu qu'il ne parvenait lui-même pas encore à atteindre jusqu'au cœur des combats. Il y avait une tristesse en lui, quelque chose de profond, de viscéral, en complète opposition à ce que pouvait faire ressentir Layla ou le Balrog. Raisons et Sentiments tout à la fois, Iason mélangeait Charybde et Scylla, entre mots et gestes, entre gestes et mots. Juge, professeur et bourreau tout à la fois, Iason portait sa propre toile de complexité.
Il savait que beaucoup ne pourraient le comprendre, que certains ne chercheraient même pas. Il savait car il connaissait ce genre de situation, ce fut pour cela qu'il ne frappa pas Layla. Cela ne servirait à rien et l'homme avait acquis une assez grande connaissance de lui-même pour ne pas céder à la violence. Il savait les murmures du bruit et du silence, le chant des fureurs, le fracas glacé de la solitude. Il savait et en souffrait encore souvent, cependant l'archéologue ne prenait désormais même plus la peine de le noter.
La souffrance était pour eux, la souffrance était en eux. Prédateur, meurtrier, le Dragon bougea alors, écrasant le Balrog du regard, lui faisant bien comprendre de déguerpir à présent. On pouvait avoir des doutes sur Iason, sur sa capacité à être Juge ou bien même simple soldat des enfers, seulement il y avait un dragon en lui, désormais complètement éveillé, létal, nocif. Finalement, l'homme parla, crachant les mots comme un incendie, car il était Juge porteur de Jugements, et ses phrases étaient simples pitiés pour le Balrog, le Balrog qui ne voulait pas comprendre.

 « Ne sais-tu pas toi-même où tu pourrais servir, toi incapable de comprendre les Juges ? Tu épuises mon temps et ma patience »

Mais il ne frappa pas, se contentant de partir sur le chemin de cendre et de poussière sans que rien ne ternisse l'éclat du surplis. Le Balrog pouvait décider de le suivre malgré tout, en ce cas il lui faudrait prouver que son propre surplis n'était pas qu'une simple armure pour un enfant-animal incapable de tout si ce n'est de parler de cette voix froide et mécanique qui était sienne. L'armure le protégeait lui aussi, cependant Iason sentait très bien les prémisses d'une migraine à venir dès que le surplis serait enlevé. Qu'importe, oh qu'importe, lui qui voyait désormais le monde avec et sans souffrances.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Lun 24 Fév - 14:14


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

Il n'y avait que le bruit du fleuve et ceux des Enfers, mais dans son esprit il n'y avait que le silence, apaisant, alors que la chaleur sourde s'était propagée à tout son corps, parce que le Balrog avait le froid des ombres et la chaleur des flammes des Enfers. Elle avait comprit que chaque surplis possédait une âme propre, avec ses souvenirs, ses expériences et son caractère, qu'il avait la possibilité de dominer son porteur ou de s'effacer devant lui, qu'il pouvait étendre son influence bien au-delà de la protection qu'il apportait. Le Balrog le lui avait expliqué, et lui avait montré les possibilités, ce qui pouvait arriver, et de toutes les solutions ils avaient choisi l'équilibre parfait, donnant et recevant autant, partageant autant qu'ils en étaient capables. Ils n'étaient pas un, ils étaient deux, apprenant à fonctionner ensemble, et ensemble ils regardaient l'Acheron en silence. Et ensemble ils sentirent le poids du Dragon sur eux, alors qu'une nouvelle fois la Wyverne rendait son jugement. Immobile un moment, figée par ce qu'elle venait d'entendre, elle l'avait regardé faire quelques pas avant de réagir.

Moi, épuiser ton temps et ta patience? Ce n'est pas moi qui me promènes dans tout les Enfers comme un de ces guides pour touristes d'en-haut...et je savais déjà plus de la moitié, tu me l'avais déjà expliqué.

Qu'il ait jugé utile de lui faire une leçon soit, c'était son choix, mais il ne pouvait pas l'en tenir responsable ensuite. Alors le Balrog s'était redressé et il avait suivi le Juge, le rattrapant en ignorant le regard des autres spectres, son regard sur les ailes de la Wyverne. Un "Ah, querelle d'amoureux!" avait été murmuré, qu'elle avait gratifié d'un doigt dressé, ne cherchant même pas à comprendre ce que le spectre avait voulu entendre par là. Layla avait toujours eu ce questionnement, trouver sa place, parce qu'elle était en vie et avait donc une place quelque part. Et c'était Hadès, par le biais du Balrog, qui la lui avait offerte. Elle n'avait jamais cru au hasard, tout était prévisible quand on savait voir, quand on pouvait comprendre, et ce n'était pas par hasard qu'elle avait reçu le surplis. Il n'y avait pas de hasard, le Balrog connaissait chacune des failles de Layla et pouvait les faire disparaître, il comprenait, savait et voyait. C'était le Balrog qui lui avait apprit une chose essentielle, plus que les leçons de Iason ou de la Wyverne, plus que les ordres du Juge. C'était le Balrog qui lui avait montré, parce qu'il voyait tout. Et elle avait apprit, apprit à transformer la colère si douloureuse pour Layla en volonté destructrice, et même si personne ne voyait, personne ne comprenait, ça n'avait aucune importance.

Alors elle s'était placée devant lui non pas pour lui bloquer le chemin, on ne barrait pas la route de la Wyverne, mais juste pour lui rappeler la place du Balrog: auprès des Juges. Il n'y avait aucun défi dans son attitude, elle n'avait aucune envie de l'affronter et ce n'était pas les façons des Spectres, et pourtant elle se tenait prête à toute éventualité, son cosmos aux couleurs des Enfers l'entourant de sa chaleur réconfortante. Je te l'ai dis, ma différence n'est pas qu'une faiblesse, et il y a une raison pour laquelle je porte aujourd'hui le surplis du Balrog, tout comme il y a une raison pour laquelle la Wyverne t'a choisi. Oser remettre cela en cause revient à remettre en cause les desseins d'Hadès non? Elle était allée à la rencontre du Juge, son surplis bougeant dans un silence parfait au milieu du bruit permanent des Enfers, pour s'arrêter à quelques pas de lui. Quant à ma place, Juge, elle est derrière toi au Tribunal, sous tes ordres quoi qu'il arrive, que je sois capable d'en comprendre les moindres détails ou non. Si tu désires m'expliquer les tenants et aboutissants de chaque action, ce sera ton choix, je t'écouterais et j'apprendrais. Comme j'écouterais les autres Juges quand ils siégeront à tes côtés. Elle s'était approchée un peu plus et avait levé les yeux, fixant le visage dur et froid du dragon, peu importait qu'il daigne baisser les yeux sur elle ou non. Wyverne ou Iason, peu importait qu'il comprenne ou non, ce n'était pas à lui de juger ce que le surplis du Balrog avait décidé. Ne remets plus jamais en question ma place.

Sa voix était restée la même, calme et posée, la chaleur des accents de Layla prenant légèrement le pas sur le ton froid du Balrog, et pourtant dans les ombres du casque du Balrog Layla souriait, doucement, à peine. C'était sa place, son rôle, le Balrog était à elle. C'était ce pour quoi elle était restée en vie jusqu'à ce jour et elle ne laisserait personne mettre en doute cela, Juge ou non. Que la fureur du dragon s'abatte sur elle s'il le souhaitait, c'était sa place et elle ne reculerait devant rien pour la garder. Alors elle avait tourné les talons et reprit le chemin en direction du Tribunal, ne se souciant pas de la poussière qu'elle faisait, une seule pensée résonnant dans son esprit si calme, apaisante malgré tout. La Wyverne regardait ses ailes et ce n'était pas celles d'un ange, c'était celles du Balrog, le démon des temps anciens, où dansaient les ombres et les flammes des Enfers.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Lun 24 Fév - 21:23

I'm in search of my lionheart


Layla pensait savoir, mais se trompait. Layla, le surplis, le Balrog... Si Iason prenait de son temps comme un stupide guide comme elle l'affirmait, c'était bien dans le simple but de l'aider avec sa vision du monde mais la jeune fille se braquait, refusait et faisait preuve d'une insolence sans limites. Rien ne pardonnait les mots du Balrog, pas aux yeux de Iason, il la laissa parler cependant, et sa puissance à lui resta tapie bien au fond de son mépris.
Elle refusait d'obéir aux ordres, pire, elle lui en donnait et par cela même le Balrog déshonorait sa place et son rang aux yeux du Juge. Trop instable, trop incontrôlable, Layla n'était pas à même de remplir son devoir.

 « Il est aisé de se cacher derrière le nom d'Hades et de ses décisions.... »

Car le surplis ne leur enlevait pas leur libre arbitre, cependant Iason avait à peine murmuré ses mots alors que déjà la silhouette de la jeune femme était de plus en plus lointaine. Quelques autres Spectres s'avancèrent alors jusqu'à la Wyverne. Le dragon ne les repoussa pas, regardant chacun d'entre eux avec une curiosité froide. Ils avaient été témoin de ce manque de respect, eux qui plaçaient cette notion au dessus de tellement de choses, et questionnaient silencieusement le Juge sur ce qui en résulterait.

 « Pour toute faute, il y a punition... »

Et, sans ajouter un mot de plus, l'homme se détourna pour s'éloigner du tribunal où les choses qu'il y défendait était par trop éloigné de la vision de ce Balrog. Etait-ce parce que le Griffon ne se trouvait pas parmi eux que la jeune fille se permettait d'agir ainsi ? Si en ce monde, la sauvagerie portait bien des visages, un masque restait encore une chose parmi les plus simples à briser. La Wyverne n'apprendrait rien au Balrog désormais, et Iason ne tarderait pas à dépêcher un autre Spectre pour prendre la place de la Wyverne au tribunal lorsque le Juge ne pourrait y siéger.
Layla pouvait encore changer d'avis, le rejoindre. A elle d'en décider. A présent, la Wyverne tâchait de vaquer à ses propres occupations, en compagnie de Spectres ayant besoin de lui. Partout, l'armée d'Hadès s'agitait se préparait. On demandait conseil, on attendait, on s'impatientait aussi. Certain doutaient, eux qui n'avaient jusqu'alors connu que la défaite. Il sembla à Iason entendre murmurer le nom de l'ancienne Wyverne mais il ne s'arrêta pas assez longtemps pour comprendre.
Au tribunal des âmes devait être sans fin lui aussi mais l'homme n'y pensait pas trop occupé à revoir l'organisation des différents corps de spectres sous ses ordres.
De quoi optimiser au mieux les puissances dont ils pouvaient disposer lorsque les Chevaliers de Bronze et d'Argent pouvaient, eux, n'être encore que des enfants.

Ainsi, revenu dans les salles de son palais, le Dragon tenait audience et donnait conseil car cela était son rôle aussi. Il ne demanda point où était le Garuda, s'il siégeait, s'il jugeait, considérant l'autre homme d'un respect silencieux et distant, chacun possédant ses propres affaires.
Lorsqu'il fermait les yeux, il semblait encore à Iason entendre les grondements de l'Achéron. L'homme ne savait comment en faire taire les remous, il essayait alors au mieux de s'acquitter de sa tâche tandis que Pandore le sollicitait également Stratège et chef d'armée elle aussi, elle qui désirait faire au plus vite avancer les choses. Iason s'efforçait de répondre à chaque message qu'elle lui faisait parvenir, exécutant les ordres explicites, déchiffrant ceux bien plus implicites, nécessitant son corps jusqu'à des limites qu'il ne possédait pas jusqu'alors, à présent protégé par le surplis. Quant au Balrog, il n'y pensa plus un seul instant...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Mar 25 Fév - 21:03


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

Elle ne s'était pas retournée, reprenant en silence le chemin du Tribunal. La Wyverne ne l'avait suivie ou dépassée, elle ne sentait pas son cosmos, mais elle continuait quand même. Apprends à avoir mal. Il lui avait dit qu'il siégerait mais ça n'avait été qu'un mensonge, un autre, et elle avançait, préférant laisser derrière elle l'Acheron, les spectres et le Juge. Apprends à ne plus avoir peur. Elle s'était dressée devant lui, ne craignant pas une seule seconde le feu qui pouvait s'abattre sur elle, affrontant plutôt que de baisser la tête et d'attendre que ça passe. Il n'avait pas vu, bien sur, mais il n'aurait de toute façon pas pu, il ne s'attendait pas à voir le Balrog changer.

Alors elle était entrée dans le Tribunal, prenant en silence la place de la Wyverne, et les morts avaient défilés. Ils étaient tous différents, mais au final c'était toujours les mêmes fautes qui revenaient : mensonge, violence, trahison, de toutes les manières possibles et imaginables par l'être humain. L'humanité était comme ça, elle l'avait vu et le voyait toujours, et tous ceux qui s'étaient présentés au Tribunal avaient été envoyés dans les différentes prisons des Enfers, toutes les âmes étaient lourdes de péchés. Empêche ton arrogance. Toutes, y compris la sienne, l'âme sous le surplis restait humaine, semblable aux autres, elle qu'on avait toujours jugé différente. Apprends vite, apprends seule. Pas assez vite, il lui avait fallu quelques heures au Tribunal, à voir chaque erreur dans la vie d'autres, avant de retourner à Caïna, traversant le palais jusqu'à la grande salle où elle savait qu'il serait.

Devant la lourde porte elle avait hésité à s'annoncer. Si elle attendait qu'il la laisse entrer, elle serait très certainement encore devant la porte quand Hades vaincrait Athéna, et elle ne pouvait de toute façon pas attendre, il était déjà bien trop tard. Mais elle avait tout de même attendu qu'ils aient terminés, c'était au Juge qu'elle avait à parler et à lui seul. Elle n'avait pas beaucoup de temps, bientôt d'autres spectres viendraient et il n'y aurait plus d'autres possibilités de lui parler avant un bon moment. Elle avait attendu que tous sortent, se faufilant dans la grande salle dont elle avait fermé les portes en silence avant de s'approcher du Juge, posant une assiette sur la table devant lui avant de s'agenouiller, la tête baissée, enlevant le lourd casque du Balrog pour dégager son visage.

Je te prie de pardonner mon comportement, cela ne se reproduira plus. Et je me suis dit que tu n'avais peut-être pas mangé, en espérant que la Wyverne préfère le baklava au Balrog. Il avait toutes les raisons d'être furieux contre elle, il était Juge et elle s'était dressée contre lui, mais elle était allée au devant de lui, assumant ses actes, et au moins pour cela il ne pourrait la juger. Pourquoi me laisses-tu juger les âmes alors que tu penses que je n'en suis pas capable? Elle ne remettait pas en question ses décisions, elle voulait les comprendre, le comprendre. Alors elle avait levé les yeux vers lui, la Wyverne qui avait trouvé le Balrog, l'homme qui lui avait apprit bien plus qu'il ne le voyait, essayant de deviner qui parlerait. Le Juge ou le professeur, l'homme ou le Dragon ? Ou les deux, unis face à la jeune femme à leurs pieds. Qu'attends-tu de moi? Pas tes ordres, je ne te ferais pas répéter... Je voudrais comprendre pourquoi tu es si patient avec moi, personne ne l'est jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Mer 26 Fév - 16:09

I'm in search of my lionheart


 « Je ne t'ai pas laissé juger, petite idiote. Je t'ai ordonné de ne pas siéger au tribunal après avoir constaté par moi-même que tu n'en étais pas apte »

Le ton était froid, menaçant. Iason avait espéré pouvoir se reposer un peu, au moins quelques secondes, mais le Balrog prouvait une fois de plus son insolence en préférant se jouer de tout. Peu lui importait que la salle soit vide en dehors de lui-même, Layla n'avait pas à y entrer.

 « L'as tu fait, y es-tu allée malgré tout ? Où as-tu siégé, que je sache quel est le poids de ta faute »

Si le Balrog avait rendu des jugements en son nom malgré les ordres, alors les conséquences en seraient grandes. Le Dragon, l'Archéologue, tous deux se rejoignaient sur le respect porté aux règles. Un trait qu'il lui semblait avoir toujours possédé et qui malgré tout n'empêchait pas son humanité. Le monde avait besoin d'ordre, l'ordre avait besoin de règles, des dominants, des dominés, des gens pour penser, pour obéir, pour agir également, d'autres pour tempérer. Peut-être quelque chose qu'il tenait de Jayden, peut-être quelque chose lui étant propre malgré tout. Iason ne se questionnait pas, il connaissait sa nature, acceptait de respecter les autres tout en appartenant aux ombres. Il avait ses propres peines, mais également les moyens de les combattre. Parce qu'il y avait le surplis....

 « Un adversaire, un ami, un allié, un inconnu...peu importe qui se trouve en face de moi, je lui dois le respect et l'écoute. Tu avais besoin d'aide, j'ai tâché de t'en apporter. Je t'ai conduit ici, j'ai tâché de t'ouvrir les yeux un peu plus pour te rendre puissante et oui cela me demandait de la patience. Une patience jamais récompensée... Non Balrog, je ne te pardonne pas. Tu n'es plus le bienvenu ici. »

L'homme se releva alors, s'écartant de la jeune fille sans lui accorder un seul regard. Sa voix était calme cependant, froide, et la colère du dragon se retrouvait tapie, dissimulée derrière encore des masques et des secrets. Il n'était qu'un homme, un homme à la peau de dragon peut-être, mais un homme seulement, et tendre la main à Layla lui demandait trop de temps, trop d'énergie lorsque cela aurait du être le travail du Griffon pourtant.
Quant celui-ci s'éveillerait-il, quand les Juges seraient-ils enfin réunis pour accomplir la volonté d'Hadès ?
Une rage de batailles voulait s'élancer hors de lui, de son regard, des ténèbres du surplis. Combattre encore et encore, au nom des choses qu'on lui refusait, au nom de la colère qu'il avait toujours eu comme un poison, cette colère même qui le faisait paraître plus bas que terre aux yeux d'autrui. Parce qu'un homme intelligent n'aurait jamais eu à la ressentir, parce qu'il devait faire mieux que ça, comme les autres, comme les hommes normaux, lui qui ne l'était pas, lui qui souffrait, lui qui était condamné...
Alors il voyait comme les hommes tout autant qu'il voyait comme lui-même. Ses ténèbres s'en retrouvaient grandies mais il n'y avait pas à lutter, ni à comprendre.

 « Ce que je t'ai donné, je me devais de le faire pour n'importe qui en ayant besoin. C'est ainsi que se devraient d'être les hommes s'ils n'étaient pas égoïstes et fourbes. Réfléchis donc à cela : je me montre différent avec toi que ne sont les autres, j'essaye de t'offrir bien des choses à commencer par du respect, alors pourquoi toi me traites-tu ainsi que doivent l'être les fous et les idiots ? Tu n'es pas faites pour être juge, tu condamnes avant même de savoir, tu penses comprendre lorsque cela est faux, tu penses comprendre surtout lorsque cela n'est pas nécessaire. A présent tu en payes les conséquences...Tu m'as voulu ton ennemi, et ce depuis le début. »

Les yeux bleus aciers portaient par delà la fenêtre de la salle, vers un paysage que seul iason semblait capable de voir, entre réalité des Enfers et couleurs de son esprit. In aspirait à un idéal, il aspirait à une égalité qu'il savait impossible entre les hommes et par cela même acceptait les desseins meurtriers d'Hades. Dans la mort, enfin les hommes sont unis sans la moindre différence. L'homme croisa les bras, perdu dans ses pensées, n'attendant pas de réponse de la part du Balrog. Las, perdu dans d'autres problèmes, le Juge acceptait d'abandonner ce pourquoi il ne pouvait plus rien faire désormais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Kiliç
Balrog ₪ Silence Will Fall
avatar
Messages : 69
Expérience : 150
Multicompte : /
Age : 20 ans
Armure : Surplis du Balrog
Rang : Etoile Celeste du Talent

Informations
Vie:
650/650  (650/650)
Cosmos:
600/600  (600/600)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Jeu 27 Fév - 19:38


From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring
Layla & Iason

C'était ce qu'elle détestait avec la Wyverne, cette voix froide et malgré tout menaçante, empreinte de cette colère qu'il ne montrait pourtant pas, parce que le Balrog ne la méritait même pas. Le Dragon était cruel et furieux, parce qu'il avait toutes les raisons de l'être, et n'avait aucune pitié pour ses proies. Et la Wyverne était pareille. J'ai pris place sur ton siège, Juge, mais je n'ai pas jugé. C'est à ton bureau que je me suis assise pour reporter les derniers Jugements et en étudier des plus anciens. Pourquoi le sien plutôt qu'un autre? Il n'y avait pas vraiment de raisons, ses pas l'y avaient menée et elle s'y était installée. Elle y était restée des heures dans un silence presque parfait, une plume à la main ou penchée sur un épais registre poussiéreux. Layla n'avait jamais aimé les livres mais ceux-là étaient différents, le Balrog lui avait montré. Des heures à lentement comprendre certains mots de la Wyverne, pas tous encore hélas, mais le principal. Elle l'écoutait avec attention, chaque mot était important, toujours. Une patience jamais récompensée, vraiment? Cela faisait moins de trois mois qu'elle était aux Enfers, moins de trois mois depuis qu'elle avait appris ce que signifiait le surplis, et pourtant elle était à genoux devant cet homme, attendant une punition à des fautes qu'elle avait commises selon lui, et elle l'acceptait. Elle ne remettait pas ses paroles en doute, parce que c'était ainsi, se contentant de murmurer en réponse un discret "Pas de pardon pour les faibles, un jugement digne de la Wyverne...".

Alors qu'il s'éloignait, elle s'était relevée lentement, droite dans le surplis, le casque sous le bras, l'écoutant avec attention. Le Balrog n'était plus le bienvenu et elle avait abusé de sa patience. Alors une nouvelle fois elle s'était inclinée devant lui, renvoyant le surplis dans les ténèbres. Pieds nus sur le sol froid de la grande salle, elle n'était que l'humaine devant le Juge, et c'était ainsi qu'elle avait choisi d'être, sans la protection du Balrog, sans son silence rassurant et son calme tranquille. Ce n'était pas pour lui qu'elle faisait ça, pour lui prouver quelque chose qu'il avait manqué, il ne la regardait pas de toute façon, mais pour elle, parce que la colère en elle brûlait mais cette fois elle ne faisait pas mal, elle était calme. Puis elle s'était tournée et avait prit le chemin de la sortie en silence, comme elle était entrée beaucoup plus tôt dans sa chambre.

La main sur la poignée, elle jeta un dernier regard au Juge, ses ailes largement déployées dans son dos. Des ailes d'ange, des ailes de dragon, qu'elle n'arrivait pas à comprendre. Mais elles étaient belles, malgré cette fureur froide contre laquelle ses mots ne servaient à rien. Les différents ne sont pas forcément seuls...Ça doit être l'une des premières choses que Iason m'a appris. Alors elle avait entrouvert la porte, à peine, avant d'ajouter de cette même voix calme, presque pour elle-même. Personne n'a jamais été là...Il m'avait semblé que cette fois c'était différent, dans le bon sens, et te l'avoir montré de bien des façons. Je ne t'ai jamais voulu mon ennemi, au contraire, mais il en sera selon tes ordres. Puis elle l'avait laissé dans le silence de la grande salle, refermant sans bruit la lourde porte derrière elle. Puisque le Balrog n'était plus le bienvenu à Caïna, elle irait à Tolomea, le palais du Griffon. Elle était censée dépendre de lui après tout, et il y avait moins de bruit là-bas. Alors elle était allée chercher ses maigres affaires et avait disparu en silence, tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iason Atridis
WYVERN ₪ Revenge and Perseverance
avatar
Messages : 178
Expérience : 321
Multicompte : Mar'it Svendöttir
Armure : surplis de la Wyverne

Informations
Vie:
750/750  (750/750)
Cosmos:
750/750  (750/750)
Informations:

MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   Jeu 6 Mar - 10:48

I'm in search of my lionheart


Ténèbres et silence alors que le Balrog quittait les lieux. Qu'importe car l'homme n'avait ni envie de la retenir, ni de la regarder. Quelque chose s'était brisé, et le Dragon savait qu'il lui importait désormais de s'envoler et d'oublier plutôt que de se laisser traîner à terre. L'esprit vide, lui qui apprenait à poser sa marque sur la mort et les brumes, le Juge laissa se délasser son cœur lourd. Iason aurait pu vaciller, s'effondrer, mais ne le fit pas. Pas lorsqu'il pouvait être fort. Le Balrog pensait qu'il ne pardonnait pas aux faibles ? Oh ses jugements étaient tellement loin de cela. La Wyverne respectait la faiblesse, les forces qu'elle cachait, encore fallait-il arriver à vivre avec. Pas comme Layla, trop prompte au mépris, au dédain. Layla clamant à tue tête que personne ne comprenait, quelles forces avait-elle cependant ? Son surplis était antipathique au Juge, mais qu'est-ce qui état le mieux de la méfiance ou de l'ignorance ?
Qu'importe, le Spectre ne dépendait pas de lui, un autre Juge aurait à y étendre son ombre. Peut-être la jeune femme s'y jetterait-elle à bras le cœur, accueillant ce qu'elle avait toujours rejeté. Il ne savait pas, il avait d'autres problèmes.

Forces, faiblesses.... L'empathie qu'il avait un jour éprouvé pour la silhouette chétive aux grands yeux, s'effritait petit à petit. Vers quoi donc se dirigeait l'armée d'Hadès avec de tels soldats ? Iason ne s'était jamais imaginé vieux-jeux ou quoi que ce soit, cependant sa notion de respect et d'obéissance semblait irréelle, inconnue de toutes les personnes qu'il était amené à côtoyer. Epuisé émotionnellement, le Juge s'aperçut alors que son cousin lui manquait de bien des façons. Jayden et lui-même possédaient des visions du monde capable de se rejoindre. Il était agréable de deviser et débattre avec quelqu'un qui savait tout à la fois voir, regarder, écouter, parler et répondre. Qu'aurait donc dit l'autre homme sur la conduite du Balrog, sur ses propres capacités de pédagogue ?

Songeur, l'homme se déchira le visage d'un sourire. Bah, à quoi bon penser à tout cela ? D'une certaine façon, une mauvaise voix dans sa tête se rapprochant de celle de Layla ne cessait de fredonner.  « Ce n'est rien, ça ne sert à rien, tu ne comprendrais pas de toute manière.... Parce que tu es nul, parce que tu es incapable. »
Il comprenait pourtant, il comprenait le bleu du ciel, le parfum océan, l'envie de liberté et la fenêtre fermée. Il comprenait les mots, les phrases et les poèmes, il pouvait les dire au vent, au jour et à la nuit, il savait les larmes versées pour un tableau, une statue, une tapisserie, le sommeil triste des symphonies, la langueur des opéras, et le poison des beautés déjà oubliées. Il savait la solitude et la vie aussi, souvenir des amitiés perdues ou passées, et chérissait encore bien des souvenirs de son histoire. Oui, il savait tout cela, il comprenait alors qu'on ne lui retire pas cela, qu'on ne lui retire jamais cela.

Et tant pis si son cœur était un brasier ardent à la gloire d'un dieu de ténèbres et de colères, car ça aussi il comprenait. Voilà ce dont la Wyverne aurait à se souvenir face au Balrog, car sans ses rêves et ses espérances, il ne saurait rien être. Chacun possédait une croix, un fardeau et Iason devait apprendre désormais à ne plus accepter ceux des autres en plus du sien propre. Quel idéalisme noir et corrompu était donc ancré en lui pour qu'il devienne ce dragon de tourments et de paradoxe ? Son armure était solitude, son épée était colère, son chagrin était honneur...

Il était le Juge de la Wyverne, capable d'admirer les faibles désirant être forts, méprisant les forts et les insolents. Et tel était son jugement...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]   

Revenir en haut Aller en bas
 

You don't want to wake the dragon, do you? [Iason]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles
» DRAGON vs GGHH
» Dragon Age Origins
» DRAGON VS VB

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Next Generation :: Cocyte :: Palais des Juges-